Dépression post-partum : quand s'inquiéter

On confond souvent baby blues et dépression post-partum. Si le premier s’apparente plutôt à une petite déprime passagère, la dépression post-partum, en revanche, est une pathologie qui nécessite un véritable suivi médical.
© Istock

La dépression post-partum, qu’est-ce que c’est?

Contrairement au baby blues qui survient quelques jours après l’accouchement, la dépression post-partum peut se manifester dans l’année suivant la naissance de l’enfant. Si on ne connaît pas bien les causes sous-jacentes à cette forme particulière de dépression, on sait en revanche qu’elle peut se nourrir des fluctuations physiologiques subies par le corps de la femme à ce moment de la vie. En outre, les importants changements induits par l’arrivée d’un bébé ou le manque de confiance en soi sont également des facteurs de risque importants.

La dépression post-partum, comment la reconnaître?

Les manifestations cliniques de la dépression postnatale peuvent varier d’une femme à l’autre. On retrouve souvent une tristesse persistante qui sera associée, dans certains cas, à une forme d’abattement physique. Chez certaines mères, la détresse morale est telle qu’elles ne se sentent pas à la hauteur et vont totalement se désintéresser de leur bébé. Des problèmes d’attachement à l’enfant se posent, ce qui requiert une aide psychologique urgente. D’autres vont développer une forte anxiété, perdre l’appétit, voire le sommeil. Encore méconnue, la dépression post-partum est pourtant une véritable maladie qui, à ce titre, nécessite une prise en charge spécialisée.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source :