Dépistage du cancer colorectal : et si vous étiez assis sur un cancer ?

Publié le 23 Mars 2015 par Rédaction E-sante.fr
« Attention vous êtes peut-être assis sur un cancer ! », tel est le slogan choisi pour cette Journée nationale de prévention du cancer du côlon du 24 mars 2015. Objectif : rendre le sujet du cancer colorectal moins tabou et inciter au dépistage car diagnostiqué tôt, on en guérit dans neuf cas sur dix.
PUB

Trop peu de Français participent au dépistage du cancer colorectal

Pour la 7e année consécutive, les médecins gastro-entérologues proposent partout en France des consultations gratuites pour informer, évaluer les facteurs de risque de chacun et faire connaître les modalités de dépistage. Il existe en France un dépistage organisé du cancer colorectal, mais trop peu de Français y participent car cette maladie reste méconnue et tabou. C’est ainsi que le nombre de cas stagne à 42.000 nouveaux malades dépistés chaque année et qu’il reste le troisième cancer le plus fréquent. Quant à la mortalité, elle n’a que peu baissé avec encore 17.500 décès par an, soit 50 par jour. Le cancer colorectal reste le deuxième cancer le plus meurtrier, alors que dépisté tôt, on peut guérir jusqu’à neuf patients sur dix.

PUB

Autrement dit, une meilleure participation au dépistage pourrait faire nettement baisser la mortalité attribuée à ce cancer, car plus les lésions sont de petite taille, plus les chances de guérison sont élevées.

PUB

Un cancer asymptomatique, au début…

Mais pourquoi se faire dépister si l’on n’a pas de symptôme ? Toute la difficulté est là : les petites lésions tumorales ne s’accompagnent d’aucun symptôme. Ce n’est que plus tard, lorsqu’une lésion grossit, qu’elle entraîne des signes et qu’elle est alors difficilement guérissable. D’où la nécessité de se faire dépister régulièrement, tous les deux ans minimum à partir de 50 ans, en l’absence de tout symptôme. Certaines personnes doivent bénéficier d’un dépistage plus rapproché, voire d’une coloscopie d’emblée. Il s’agit des sujets à risque :

  • En cas d’antécédents familiaux de cancer colorectal.
  • En cas de maladie inflammatoire intestinale, rectocolite ulcéreuse hémorragique, maladie de Crohn ou de polypose adénomateuse familiale.

Le test de dépistage repose sur des prélèvements de selles réalisés à domicile afin de rechercher la présence de traces de sang. En cas de résultat positif, le diagnostic est confirmé par une coloscopie.

Vous aussi informez-vous et faites-vous dépister gratuitement ! Pour trouver le médecin gastro-entérologue participant le plus proche de chez vous : http://www.prevention-cancer-du-colon.fr/liste_medecins.php.

Source : Communiqué de presse du Conseil National Professionnel d'Hépato gastro-entérologue, 20 janvier 2015.
PUB
Contenus sponsorisés

A lire aussi

Cancer colorectal : pourquoi il ne faut pas bouder le dépistage

Cancer du côlon : 18 millions de français invités à se faire dépister en mars

Pourquoi participer au dépistage du cancer colorectal ?

Cancer colorectal : dois-je me faire dépister ?

Mars bleu : le mois du cancer colorectal

Dépistage du cancer colorectal : le nouveau test est enfin arrivé !

Plus d'articles