Le décès de votre chien ou de votre chat : la fin d'une histoire d'amitié

Même lors de l'acquisition d'un très jeune animal, il faut garder à l'esprit que l'espérance de vie des chiens et des chats est beaucoup plus courte que la nôtre et que nous devrons un jour affronter sa disparition.
Publicité

Un événement difficile à vivre

Après tous les bons moments passés avec son chien ou son chat, il est difficile de le voir partir. Cette situation est néanmoins vécue par la plupart d'entre nous, les chiens ayant une espérance de vie moyenne de 10 à 17 ans et les chats pouvant vivre 16 à 20 années à nos côtés. De plus, la vie quotidienne est truffée de pièges qui peuvent avoir raison de la vie de votre animal, quel que soit son âge. S'il est très douloureux de constater et d'accepter le décès de son animal familier, il est également très pénible de devoir décider d'abréger ses souffrances en ayant recours à l'euthanasie.

Publicité
Publicité

La décision de l'euthanasie

Demander au vétérinaire de pratiquer l'euthanasie de son animal est une décision difficile à prendre. Malheureusement, c'est parfois la seule aide que l'on puisse offrir à son petit compagnon atteint d'une maladie incurable induisant des souffrances que l'on ne peut plus soulager.Chez les chiens et les chats, la souffrance peut être exprimée de nombreuses manières : anorexie, indifférence face à l'entourage, difficulté voire incapacité à se déplacer, recherche de cachettes pour s'isoler ou encore plaintes et cris, sont autant de signes évocateurs.Avec l'aide et les conseils de votre vétérinaire, vous pourrez prendre, le cas échéant, la décision d'abréger les souffrances de votre ami, dans un dernier geste d'amitié à son égard. Pratiquée par votre vétérinaire, l'euthanasie est absolument indolore. Elle consiste en l'injection d'un médicament qui anesthésie immédiatement l'animal et provoque une mort rapide. Cette injection se pratique par voie intraveineuse ou par voie intracardiaque après anesthésie générale pour les plus petits animaux.

Publié par Anne Pensis, vétérinaire le Mardi 23 Août 2005 : 02h00