Debout tout le monde !

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Mardi 14 Septembre 2010 : 15h22
Mis à jour le Vendredi 19 Novembre 2010 : 12h10

Combien de temps passez-vous assis dans une journée ? Une étude vient de montrer que c'est une bonne manière de prédire la mortalité...

PUB

Rester assis augmente le risque de mortalité

Les chercheurs ont étudié une population de plusieurs dizaines de milliers d'Américains et ont comparé différents indicateurs de leur santé avec le nombre d'heures qu'ils passaient assis dans la journée, en dehors de leurs heures de travail. Les résultats étaient éloquents. Si l'on compare les personnes qui restent assises plus de six heures par jour à celles qui restent assises moins de trois heures par jour, la mortalité augmente de 40% chez les femmes et de 20% chez les hommes.

PUB
PUB

Rester assis est mauvais même si vous faites du sport

L'un des éléments intéressants de cette étude est le fait que l'augmentation de la mortalité était indépendante des autres facteurs, y compris le niveau d'activité physique. C'est-à-dire que les personnes qui restent assises pendant longtemps voient leur risque de mortalité augmenter, même si elles font aussi beaucoup de sport. Pour les chercheurs, cela veut dire que les messages de santé qui passent en ce moment sont insuffisants. Ils devraient en effet "inclure à la fois le fait d'être actif physiquement et le fait de diminuer le temps passé assis".

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Mardi 14 Septembre 2010 : 15h22
Mis à jour le Vendredi 19 Novembre 2010 : 12h10
Source : Patel, A.V., American Journal of Epidemiology, juillet 2010.
PUB
PUB
A lire aussi
Sport et santé : duo gagnant !Publié le 09/12/2012 - 23h00

Vous manquiez encore de motivations pour chausser vos baskets ? Voilà toutes les bonnes raisons pour vous mettre sur la ligne de départ !Une activité physique régulière est le socle de votre santé.

Surpoids et obésité : toute la vérité !Publié le 20/04/2016 - 13h16

Il y a 40 ans, l'insuffisance pondérale était deux fois plus importante que l'obésité. Aujourd’hui, les personnes obèses sont plus nombreuses que celles en sous-poids*. Seul élément positif : l'indice de masse corporelle est resté globalement stable entre 1975 et 2014 chez la plupart des...

Plus d'articles