Cystite : la toilette intime avant ou après un rapport sexuel ?

© Istock
Avoir une hygiène intime irréprochable ne signifie pas multiplier le nombre de toilettes intimes. Avant comme après un rapport sexuel, il y a des règles simples à observer pour éviter des infections de type cystite. Le point sur la toilette intime.
Publicité

Pas plus d’une à deux toilettes intimes par jour

L’équilibre de la flore vaginale est extrêmement fragile. Aussi faut-il éviter de le perturber par des toilettes intimes trop fréquentes. Une à deux toilettes par jour, c'est la fréquence recommandée. On notera qu’il s’agit de toilettes externes (clitoris, vulve, lèvres), les douches vaginales étant à proscrire. Si par confort et crainte d’odeurs intimes, la personne fait sa toilette avant un rapport sexuel, elle évitera donc de recommencer juste après le rapport. Le sperme n’est pas sale.

Publicité
Publicité

Uriner juste après un rapport sexuel contre la cystite

Pour une bonne santé sexuelle, il est recommandé d’aller uriner juste après un rapport intime. En effet, cela évitera que des germes ne remontent vers l’urètre et ne déclenchent une infection de type cystite, au niveau de la vessie. Il est impératif de s’essuyer de l’avant vers l’arrière, pour éviter la contamination par des champignons de type Candida albicans, très présents autour de l’anus.

Le recours exceptionnel aux lingettes intimes

Pour la toilette intime, avant ou après le rapport sexuel, il est vivement recommandé d’utiliser des savons ou gels lavants au pH neutre, afin de ne pas irriter la zone intime ni perturber la flore vaginale. Les lingettes intimes, particulièrement à base d’alcool ou parfumées, sont à éviter autant que possible : elles sont d’autant plus agressives qu’il n’y a pas de rinçage.

Publié par La Rédaction E-Santé le Mercredi 11 Avril 2018 : 10h32
La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :