Cure thermale et thermalisme : la preuve par l'eau

© getty

Adaptée à tous les âges de la vie, sans effet secondaire, à la fois préventives et curatives, la cure thermale a une valeur thérapeutique indiscutable. Le thermalisme est un vrai maillon dans la chaîne des soins dont bénéficient chaque année 500.000 Français.

Publicité

Thermalisme et cure thermale

On a longtemps considéré le thermalisme comme un dernier recours lorsqu'on avait tout essayé. Autrement dit quand on n'avait plus rien à perdre. En fait, en 20 ans, plus de 250 études scientifiques ont prouvé les bienfaits du thermalisme, et d'autres sont en cours. L'idéal serait d'aller en cure tôt, sans attendre que la maladie s'aggrave. C'est en outre une source d'économie pour l'Assurance Maladie, car les effets de la cure perdurent entre 6 et 9 mois, avec une baisse de la consommation de médicaments, des soins et des arrêts de travail. Un exemple : une cure de 18 jours en rhumatologie coûte moins cher à l'Assurance Maladie qu'une seule journée d'hospitalisation.

Publicité
Publicité

Cure thermale : à chaque problème une solution

Le thermalisme n'est pas indiqué dans les affections aiguës. Il s'adresse avant tout aux affections sub-aiguës, récidivantes ou chroniques. Le bénéfice attendu du thermalisme est de procurer des rémissions prolongées, réduire la fréquence des récidives, freiner l'aggravation et hâter la guérison. « Une cure thermale me permet de tenir tout l'hiver » rapportent ainsi de nombreux curistes, elle améliore l'état général et peut dans certains cas retarder la chirurgie, comme en témoignent certaines personnes atteintes d'arthrose. En dermatologie, la cure thermale apporte d'exceptionnels bienfaits aux grands brûlés, améliorent des maladies telles que le psoriasis ou l'eczéma atopique. En phlébologie, cure thermale est d'une réelle efficacité pour le traitement des suites de phlébite dont les complications graves engendrent plus de 10.000 décès par an (embolie pulmonaire).Côté ORL, 71% d'améliorations à la suite d'une cure thermale, 73 % après la deuxième, 76 % après la troisième Les chiffres parlent d'eux-mêmes, et montrent que le thermalisme apporte ses bénéfices à qui veut bien se laisser du temps et s'investir dans cette démarche médicale.

 
Publié par Frédérique Lebel, journaliste santé le Lundi 25 Septembre 2006 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 27 Octobre 2011 : 16h25