La crise de la quarantaine : démoniaque ou salutaire ?

40 ans, presque l'âge du milieu de la vie. Le plus souvent, c'est la période où l'on est à même de donner le meilleur de soi professionnellement, la vie économique devient plus facile, les turbulences de la vie de couple se sont estompées et les enfants grandissent… Pourtant, à 40 ans, la vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille.
PUB

Marie a 40 ans, elle ne supporte plus l'univers professionnel dans lequel elle travaille depuis presque 20 ans. Elle vient de démissionner. Franck, 45 ans, a décidé de quitter femme et enfants. Il a pris une chambre en ville pour "faire le point". Sandrine, 42 ans, court d'institut de beauté en institut, à la recherche d'un soin anti-âge qui dissimulera ses ridules sur le visage. André, 48 ans, fidèle à sa femme depuis 20 ans, vit avec fougue une nouvelle relation passionnelle. Quant à Claudine, elle a décidé de faire une retraite spirituelle dans une communauté bouddhiste. Tous ces quadragénaires qui manifestent à leur façon, un malaise, une certaine remise en question dans leur vie, seraient-ils atteints par le même virus, la CMV, c'est-à-dire la "crise du milieu de la vie" ou "crise de la quarantaine" ?

PUB
PUB

40 ans, l'âge du bilan

A tous les âges de la vie, on se pose des questions sur ses choix dans l'existence mais tout se passe comme si vers 40 ans, on avait plus le droit à l'erreur. Les questions deviennent alors plus cruciales et les choix plus radicaux. A cette période, nombre d'adultes ressentent le besoin de faire un bilan intérieur : Qu'est-ce que je veux vraiment ? Que puis-je changer ? Qu'ai-je fait de ma vie jusqu'à présent ? Que puis-je encore faire ? A quoi dois-je renoncer ? Et c'est parfois sous la forme d'une "crise", plus ou moins prolongée, que cette remise en question s'exprime.

40 ans pour certains, c'est maintenant ou jamais...

La crise du milieu de vie peut s'exprimer par une simple tristesse passagère, par un sentiment d'inutilité, de vide intérieur, par une agressivité vis-à-vis de son entourage, par un moindre désir sexuel vis-à-vis de son (sa) partenaire. Parfois, le malaise se manifeste par de véritables passages à l'acte, comme une fuite du domicile conjugal, l'envoie d'une lettre de démission à son employeur, une relation extra-conjugale avec une femme de l'âge de sa fille (ou un homme de l'âge de son fils, etc.). Tous ces comportements sont en fait nourris par un sentiment d'urgence, lié à une prise de conscience que la vie est éphémère. Autrement dit, l'existence ne dure qu'un temps et l'envie de vivre pleinement sa vie, d'échapper à la monotonie se réveille. Le quadragénaire réalise que le compte à rebours a commencé et s'il n'a pas exprimé certains de ses désirs jusqu'à présent, c'est maintenant ou jamais qu'il peut encore le faire.

Publié le 20 Novembre 2002 | Mis à jour le 15 Novembre 2010
Auteurs : Dr Catherine Feldman, psychothérapeute