Crise de la quarantaine, peut-on l'éviter ?

© Istock

Divorce, indépendance des enfants, changement du corps… Passés 40 ans, de nombreux bouleversement s'accumulent. L'occasion de faire le point sur son existence. Pour autant, ce qu'on appelle la crise de la quarantaine n'est pas inéluctable.

Publicité

On l'appelle crise de la quarantaine. Parfois crise de milieu de vie. Quel qu'en soit le nom, ce moment est toujours synonyme de remise en question. Si certain.e.s souffrent d'une sérieuse déprime, d'autres s'en sortent par le haut.

Alors, la fameuse crise de la quarantaine est-elle un passage obligé ? A condition de prendre le recul nécessaire, cette transition peut tout à fait bien se dérouler. Explications, et conseils, avec le Dr Christophe Fauré, psychiatre à Paris passé par un monastère bouddhiste.

Les femmes semblent plus touchées

Le vieillissement est foncièrement injuste, c'est un fait. Avec les années, le corps perd de sa fermeté et se marque davantage. Les rides font leur arrivée, la vitalité diminue. Et justement, "le corps, c'est le support de la séduction et de notre rapport aux autres", souligne le Dr Fauré.

Publicité
Publicité

En la matière, le passage du temps est sans doute plus cruel envers les femmes – que ce soit pour des raisons physiques (grossesse, allaitement, etc) ou sociales (pression du regard extérieur). "Les femmes entrent progressivement dans la fin de la capacité à procréer, sans être encore dans la ménopause", confirme le psychiatre.

C'est peut-être pour cela que la population féminine est légèrement plus touchée par la crise de la quarantaine. Mais cela ne signifie pas que les hommes soient épargnés. Eux aussi voient apparaître des troubles – sexuels notamment – auxquels ils n'avaient jamais été confrontés.

Une période de grand chamboulement

Il n'y a pas que sur le plan physique que le cap de la quarantaine se fait ressentir. 45 ans, c'est l'âge du grand chamboulement. Les enfants quittent le cocon familial pour prendre leur indépendance. "Le couple parental redevient un couple conjugal, ce qu'il avait peut-être mis de côté pour s'occuper des enfants", note Christophe Fauré.

Il faut alors se retrouver mais aussi, parfois, se séparer. "C'est une période à risque de relations extraconjugales, parce qu'on s'interroge sur la relation", admet le psychiatre. Dans le même temps, il faut revoir son rôle de parent – ascendant comme descendant.

"Nos propres parents sont plus âgés, et ils peuvent avoir besoin d'une assistance alors qu'ils étaient des piliers", résume le Dr Fauré. Et comme si cela ne suffisait pas, la vie professionnelle atteint elle aussi un tournant. On devient "senior". Cela peut se produire au point culminant de sa carrière. Mais d'autres vont s'interroger. Et, pourquoi pas, se réorienter.

La rédaction vous recommande sur Amazon :