Crèmes solaires résistantes à l’eau : une efficacité qui serait limitée

© Istock

La protection des crèmes solaires dites "résistantes à l'eau" serait surestimée par les industriels, dénonce une association de consommateurs britannique. 

PUB

Les crèmes solaires dites "résistantes à l'eau" seraient bien moins protectrices que les marques le laissent entendre. Voici la conclusion de l'association de consommateurs Which?. L'organisation a remis en cause les méthodes des industriels pour mesurer la résistance d'une crème solaire dans un milieu aqueux.

Des volontaires, enduits du produit, se sont immergés dans des bains d'eau du robinet, légèrement en mouvement. Deux bains de 20 minutes sont réalisés, espacés d'un séchage à l'air libre de 15 minutes. Durant ce séchage, les volontaires ne peuvent n'y essuyer ou tapoter leur peau. Le facteur de protection solaire (FPS) est mesuré avant et après l'expérience. Il est toléré que le FPS de la crème chute de 50% entre les 2 bains. Une crème solaire FPS 30 peut donc voir sa protection égaler un FPS 15 après un bain d'eau douce, et être vendue en tant que "résistante à l'eau" par les marques.

PUB
PUB

Des crèmes encore moins efficaces après un bain de mer

L'association britannique a testé des crèmes solaires dites "résistantes à l'eau" dans des conditions plus proches de la réalité. Un bain chloré pour reproduire la piscine, un bain salé pour reproduire la mer et un bain d'eau du robinet avec une eau qui bouge plus que dans la procédure de test des industriels. Résultats :

  • Le FPS d'une crème a chuté de 34% après l'immersion dans l'eau chlorée, soit une différence de 13% avec le test classique.
  • Le FPS d'une autre crème a chuté de 59% après l'immersion dans l'eau salée, soit une différence de 19% avec le test classique.

"Nos résultats suggèrent que le FPS d'une crème après immersion serait encore plus bas avec de l'eau de mer, de l'eau en mouvement ou de l'eau chlorée" s'inquiète l'association. Which? souhaite un étiquetage plus précis des crèmes solaires. Notamment via une procédure de test plus strict, comme il en existe déjà aux Etats-Unis et en Australie. 

Une protection indispensable contre le mélanome

"Avec 15 400 nouveaux cas de mélanome chaque année, les fabricants devraient être tenus de tester leurs produits de manière robuste et de ne faire que des allégations fiables, garantissant aux vacanciers qu'ils peuvent faire confiance à leur crème solaire pour les protéger" a conclu l'un des responsables de l'association.

Le FPS indique la protection conférée contre les UVB (B comme brûlure, soit contre les UV responsables des coups de soleil). Ainsi, un produit affichant l’indice 30 arrête 96% des UVB et une crème solaire d’indice 50 stoppe 98% des rayons.

Les crèmes solaires protègent aussi systématiquement contre les UVA (responsables du vieillissement de la peau), mais cet indice n’est pas mentionné car la réglementation européenne oblige à ce qu'elle soit au moins égale à un tiers de la protection contre les UVB. Donc votre crème FPS 30 pour les UVB a aussi un indice d’au moins 10 vis-à-vis des UVA.

Publié le 02 Juillet 2018
Auteur(s) : Aline Garcin, journaliste santé
PUB
PUB

Contenus sponsorisés