Connaissez-vous ce gâteau appelé « Compiègne » ?

Publié le 28 Octobre 2014 | Mis à jour le 17 Novembre 2014
Auteurs : Paule Neyrat, Diététicienne

Ou Compiégnois ? Ou Dessert de Napoléon ? 

Il porte les trois noms et c’est celui qui fait l’objet de la recette mystérieuse de Mercotte, pour l’épreuve technique des gâteaux oubliés, dans le Meilleur Pâtissier de ce soir, sur M6. 
PUB

Là, c’est vraiment un gâteau très oublié car il n’y a plus que de rares pâtissiers, à Compiègne, qui le fabriquent encore.

Ce gâteau de Cpmplègne que Mercotte a retrouvé est composé d’une pâte genre baba qui, une fois cuite dans un moule, est découpée en tranches que l’on saupoudre de sucre glace et que l’on glace au four.

Puis entre chacune d’elles, on intercale, en les disposant en turban, des tranches d’ananas cuites dans du sirop et on garnit le centre de dés d’ananas cuits de même.

PUB
PUB

Ensuite, on décore le gâteau de fruits confits et, au moment de le servir, on l’arrose d’un sirop chaud parfumé au kirsch et au marasquin.

Ce « Gâteau de Compiègne » a été créé par Antonin Carême - le chef star de l’époque qui était non seulement un très grand cuisinier mais aussi un pâtissier - pour le mariage, à Compiègne, de Napoléon et de Marie-Louise en 1810. C’est ce que disent la majorité des historiens de la pâtisserie.

Le hic, c’est que ce mariage a eu lieu civilement le 1er avril 1810 à Saint-Cloud et religieusement au Louvre, à Paris.

Marie-Louise, partie de Vienne, en Autriche, le 13 mars arriva à Compiègne le 27. Avec Napoléon. Celui-ci, très impatient de la découvrir (il n’en avait vu que des portraits) s’était rendu, accompagné de Murat, (son beau-frère et roi de Naples) dans le village de Courcelles-sur-Vesle, à quelques kilomètres de Compiègne et, sous une pluie battante, il avait attendu le carrosse de Marie-Louise.

Dès que celui-ci était arrivé, il avait sauté dedans, réveillant la pauvre Marie-Louise et son accompagnatrice, la sœur de Napoléon, femme de Murat et donc reine de Naples.

C’est ainsi qu’ils arrivèrent en famille à Compiègne où toute la Cour attendait et qu’il y eut ensuite une grande fiesta où, très probablement, ce fameux « Gâteau de Compiègne » fut servi.

Sur la photo, celui de Mercotte, photographié par Marie Etchegoyen.

Paule

Soumis par Paule Neyrat le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés