Comment venir à bout d’une chute de cheveux ?
Sommaire

Comment porter le diagnostic de la chute de cheveux ?

L’examen des racines

Une cinquantaine de cheveux sont prélevés afin d’examiner attentivement leur racine et d’identifier les causes de chute.

Le phototrichogramme

On procède à deux macrophotographies, réalisées à trois jours d'intervalle, d'une petite zone du cuir chevelu sur laquelle les cheveux ont été coupés très courts. On peut ainsi déterminer le pourcentage de cheveux en phase de croissance, leur vitesse de pousse et à terme vérifier l'efficacité des traitements entrepris.

Le test de traction

À 48 heures du dernier shampooing, dix tractions des cheveux sont réalisées sur des zones bien précises du cuir chevelu. On compte les cheveux ainsi récupérés afin de déterminer si la chute est importante (beaucoup de cheveux en phase télogène).

Quels sont les traitements de l’alopécie ?

Les traitements de la cause

Les causes identifiées sont traitées afin de faire cesser la chute : certaines pathologies comme un trouble de la thyroïde.

Les compléments alimentaires

Certaines carences en vitamines et minéraux pouvant contribuer à la chute de cheveux, des compléments alimentaires (vitamine B6, fer, silice…) sont souvent prescrits en plus d’une alimentation équilibrée.

Le Minoxidil

Ce médicament ralentit la chute et fait repousser des cheveux dans 15 à 20 % des cas. C’est un traitement au long cours (la chute reprend à l’arrêt du traitement), dont les premiers effets se manifestent tardivement (après 3 mois de traitement pour voir la chute ralentir et 6 mois pour que les cheveux repoussent) et qui a l’inconvénient de nécessiter des applications biquotidiennes sur le cuir chevelu.

Le Finastéride

Ce médicament, qui s’oppose à la transformation de testostérone en forme hormonale active, stoppe la chute dans 80 % des cas et favorise la repousse chez la moitié des patients.

Attention toutefois, le Finastéride a été associé à des effets secondaires (troubles sexuels chez l’homme, dont certains pourraient être irréversibles) et il est strictement contre-indiqué chez les femmes enceintes donc chez la femme en âge de procréer.

La carboxythérapie

Cette technique repose sur des injections de gaz carbonique au niveau du cuir cheveu. Transformé en oxygène, on stimule ainsi les bulbes pileux. Après deux mois de traitement environ (4 à 5 séances), la chute est stoppée et le diamètre des cheveux s’épaissit.

La mésothérapie du cuir chevelu

Via de multiples injections de substances nutritives au niveau des zones dégarnies (vertex et tempes), on stimule la micro circulation locale (par effet mécanique) et on réactive les follicules pileux (en apportant des nutriments).

Les LED

Un traitement utilisant des LED (rouge 660 nm et bleu 470 nm) stimule la maturation des cheveux intermédiaires et s’accompagne d’une densification du cheveu (augmentation du diamètre).

Les prostaglandines

Agréées par la FDA aux USA en tant que médicament, les prostaglandines (ou dérivé du Bimatoprost utilisé à l’origine pour traiter le glaucome) ont pour effet de densifier les cheveux existants et d’en faire repousser de nouveau.

En pratique, il faut consulter en cas de chute de cheveux afin d’en déterminer la cause et de mettre en place un traitement adapté.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Interview du Dr Catherine de Goursac, médecin esthétique. Le Dr Catherine de Goursac exerce la médecine esthétique depuis plus de vingt ans. Elle est membre de la Société française de médecine esthétique, membre du conseil d'administration de l'Association française des médecins esthéticiens (AFME) (www.afme.org) et secrétaire de l'Association française d'anti-aging.
Sur le même sujet