Comment protéger les femmes du sida lors de leurs rapports sexuels ?

Les femmes sont à haut risque de contamination par le virus du sida. Bien plus que les hommes. Pourquoi ? C'est que la surface de la muqueuse vaginale est beaucoup plus importante que celle de la muqueuse du gland. Or ce sont les deux zones par lesquelles le virus du sida peut pénétrer dans l'organisme. Une femme qui a une relation sexuelle avec un homme séropositif a donc environ 7 fois plus de risque d'être contaminée qu'un homme qui a un rapport sexuel avec une femme séropositive.
PUB

Contre le sida : préservatif ou fidélité absolue

La solution semble simple : il faut utiliser systématiquement des préservatifs. Oui, mais cela n'est pas efficace contre toutes les contaminations. En effet, la plupart des couples a tendance, lorsque la relation dure, à effectuer un test de dépistage du sida, et, s'il est négatif, à cesser d'utiliser un préservatif. C'est d'ailleurs la pratique conseillée.

PUB
PUB

Le problème, c'est que cette façon d'agir n'est sûre que si la fidélité est totale entre les deux partenaires, ou encore si, lors d'une relation en dehors du couple, un préservatif est utilisé. Et ce n'est pas toujours le cas.

De ce fait, un certain nombre de femmes sont contaminées par le virus du sida via leur conjoint sans avoir eu le sentiment de prendre le moindre risque.

Ce problème se pose partout dans le monde et encore plus en Afrique, où de nombreuses femmes sont contaminées alors qu'elles sont mariées et n'ont jamais eu qu'un seul partenaire dans leur vie : leur conjoint.

Un gel virucide destructeur du virus du sida

Pour lutter contre ces situations souvent dramatiques, des recherches sont en cours. Leur but est de trouver un gel virucide qui détruise le virus du sida dans le vagin. Ainsi, les femmes en couple stable qui n'utilisent plus de préservatif pourront utiliser un tel gel pour se prémunir contre une contamination par le virus du sida, et cela même sans l'avis de leur partenaire.

Publié le 11 Décembre 2006 | Mis à jour le 28 Novembre 2011
Auteurs : Dr Catherine Solano