La coelioscopie a révolutionné la chirurgie
Publié le 28 Juillet 2008 à 2h00 par Rédaction E-sante.fr
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La coelioscopie, une technique d'intervention diagnostique et chirurgicale

La cŒlioscopie est une technique d'intervention également appelée laparoscopie par opposition à la technique classique et ancienne dite laparotomie ou " à ciel ouvert ", qui consiste à ouvrir l'abdomen par une incision large pour intervenir sur un organe. Désormais, la cŒlioscopie offre la possibilité d'accéder à l'intérieur du corps sans l'ouvrir, ou si peu. Cette méthode mini-invasive fait partie de la famille des techniques endoscopiques. Elle consiste à pratiquer une petite incision d'environ un centimètre à proximité du nombril, par laquelle une caméra miniature reliée à un écran d'ordinateur est insérée. Du gaz carbonique est injecté dans l'abdomen afin de soulever la paroi abdominale et ainsi d'améliorer le champ de vision. Selon le type d'intervention, d'autres orifices sont pratiqués dans l'abdomen pour introduire des instruments de petite taille, d'environ 5 mm de diamètre (pinces, ciseaux…).

Intervention sous contrôle vidéo

La cŒlioscopie est une technique qui peut être employée pour un simple diagnostic ou pour réaliser une intervention chirurgicale. Dans un cas comme dans l'autre, la cŒlioscopie est de plus en plus employée, et ce, dans tous les services de chirurgie : abdominale, gynécologie, urologie, orthopédie, cardiologie, thoracique, cervicale, neurologie, etc. Dans certains services, la cŒlioscopie est déjà employée pour plus de 80% des interventions. Par exemple, les gynécologues l'utilisent pour traiter une stérilité, des grossesses extra-utérines, des kystes de l'ovaire, des ablations de fibrome, des ablations des ovaires, des descentes d'organes, voire des pathologies cancéreuses de tous les organes. En chirurgie digestive, on opère ainsi des appendicites, des cancers de l'Œsophage, des hernies hiatales, certaines tumeurs de l'estomac, du foie, du côlon, du rectum, du pancréas, des ablations de la vésicule, des glandes surrénales, de la rate, etc.

Les interventions sous coelioscopie sont beaucoup moins traumatisantes

En s'affranchissant d'une grande ouverture à " ciel ouvert ", les douleurs post-opératoires et les cicatrices sont moindres, avec moins de saignements, de fatigue, une sortie et un rétablissement plus rapides. Le seul inconvénient pour les patients est la possibilité de ressentir pendant quelques jours des douleurs au niveau des épaules, dues à l'élimination lente du gaz carbonique. Il ne s'agit toutefois que d'un désagrément qui semble mineur comparé à ceux d'une intervention lourde.La seule limite actuelle de la cŒlioscopie est la plus longue durée de l'intervention. Pour certaines chirurgies longues, cela signifie qu'il est nécessaire de procéder à un temps d'anesthésie plus long. C'est pourquoi la chirurgie classique sera préférée dans certains cas chez les personnes fragiles. Aujourd'hui, c'est l'expérience du chirurgien qui compte, mais demain toutes les opérations auront lieu par coelioscopie.

Source : Health News, Hôpital Américain de Paris, hiver 2008.