Les cigarettes mentholées : encore pires que les autres ?

© Istock

Les cigarettes mentholées sont associées à un risque accru par rapport aux autres cigarettes : ce sont du moins les conclusions de la très sérieuse Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis, c’est-à-dire la Fédération Américaine des Médicaments.

Publicité

Début du tabagisme plus précoce et sevrage plus compliqué

Ce n’est pas tant le menthol qui est dangereux en soi que le goût qu’il donne à la cigarette : pour les jeunes fumeurs qui retrouvent là le goût d’un bonbon, le risque de penser qu’il s’agit d’une cigarette « inoffensive » est réel. Ensuite, leur côté rafraîchissant (alors que les cigarettes classiques ont la réputation de donner mauvaise haleine) a un effet attirant. De plus, le menthol donne envie d’aspirer plus profondément la fumée de cigarette, de sorte que les composés toxiques de cette dernière (les goudrons cancérigènes) pénètrent encore mieux dans les poumons. Enfin, sans doute pour toutes ces raisons à la fois, les fumeurs de cigarettes mentholées ont plus de mal encore à se sevrer que les autres. La FDA réfléchit donc à leur possible interdiction.

Publicité
Publicité

En pratique

Cigarettes mentholées ou pas, leur sevrage passe par une évaluation de son degré de dépendance, de ses habitudes de consommation, de sa façon d’inhaler (un peu ou beaucoup) la fumée… C’est pourquoi il est toujours préférable de se faire aider par un tabacologue, au moins pour mettre en place une stratégie de sevrage. En effet, pour les fumeurs dépendants, il est souvent plus facile de stopper la cigarette en s’aidant des différents substituts nicotiniques existants. Attention, « se mettre la pression » avec des idées reçues sans fondement, c’est le meilleur moyen de stresser. Or ce n’est pas parce que l’on reprend temporairement la cigarette que c’est un échec (il faut le voir comme une étape) et fumer alors que l’on a pris un substitut nicotinique ne met pas sa vie en danger. Tout ce qui compte, c’est d’essayer parce que c’est le seul moyen d’y arriver… aujourd’hui ou demain !

Publié par Nathalie Szapiro, journaliste santé le Vendredi 26 Juillet 2013 : 11h34
Mis à jour le Vendredi 26 Juillet 2013 : 13h26
Source : Food and Drug Administration (FDA).
PUB
PUB