Chardon-Marie

De par sa teneur en silymarine, le chardon-Marie (Silybum marianum ou Carduus marianus) est utilisé dans les troubles du foie. C’est la plante souveraine pour protéger ou régénérer un foie fatigué ou attaqué par un virus comme en cas d’intoxication.

PUB

Le Chardon-Marie, plante et légume

Grand chardon pouvant atteindre un mètre cinquante, le chardon-Marie doit son nom à la Vierge Marie qui, selon la légende, aurait laissé goutter un peu de son lait sur la plante près de laquelle elle allaitait Jésus. Le chardon-Marie lui devrait ainsi ses nervures blanches très caractéristiques.

Le chardon-Marie donne en été une fleur pourpre arrondie entourée d’épines, on le rencontre fréquemment sur les terrains incultes et aux bords des chemins des régions méditerranéennes.

Le chardon-Marie peut être préparé à des fins culinaires : les racines et les jeunes pousses se consomment comme légumes et le bourgeon floral peut se cuisiner comme celui des artichauts.

Il est fréquemment utilisé en phytothérapie pour ses graines (akènes) aux vertus hépato protectrices et hépato régénératrices.

Une utilisation historique

Connu dès l’Antiquité, le chardon-Marie était déjà utilisé pour traiter les problèmes de foie. Plus tard, on lui attribua des vertus pectorales et contre les « maladies de la mélancolie ». Le chardon-Marie fut également consommé en cas d’aménorrhée, de varices et de constipation. Le chardon-Marie est aussi considéré comme favorisant la lactation.

Guide: 

Publié le 19 Mai 2015 | Mis à jour le 19 Mai 2015
Auteur(s) : Audrey Gast
PUB
PUB

Contenus sponsorisés