La charcuterie plonge dans la nutrition

Publié le 23 Février 2011 | Mis à jour le 23 Février 2011
Auteurs : Paule Neyrat, Diététicienne
PUB

La Fédération des Industries charcutières (FICT) vient de valider une charte collective d'engagements volontaires sur les progrès à faire en matière de nutrition.

Le sel (sodium) et le gras (lipides) vont être réduits de 5% dans les principales charcuteries : jambons cuits supérieurs, jambons secs, saucisse à pâte fine, pâtés de campagne, pâtés et mousses de foies de porc, rillettes de porc, lardons, saucissons secs supérieurs et pur porc.

PUB
PUB

70 % des produits de charcuterie auront un étiquetage nutritionnel et informatif clair.

Ces produits devront faire l'objet d'une promotion de la diversité et de l'équilibre alimentaire et aussi de la pratique sportive.

Quelques grandes marques comme Herta ont déjà réduit le taux de sel dans certains produits de charcuterie et l'ont proclamé lors de campagnes de publicité.

Voilà qui est bien et l'on ne peut que s'en réjouir.

Mais pourquoi a-t-il fallu des années de bataille, d'acharnement de la part des nutritionnistes pour que l'on arrive enfin à réduire un peu sel et gras dans ces charcuteries ?

Et n'oubliez pas que même avec 5 % de lipides en moins, la majorité de ces produits reste grasse et qu'il faut les consommer en petites quantités et pas tous les jours.

Il n'est pas question de se priver de charcuteries (encore moins d'en consommer plus sous prétexte qu'elles sont un peu moins grasses), mais de se faire plaisir avec des produits de qualité.

Paule

Soumis par Paule Neyrat le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés