Le cerveau et la musique : sont-ils en harmonie ?

Apprécier la musique, cela s’apprend, mais c’est aussi quelque chose d’inné. Il suffit d’observer de tout petits enfants écouter une chanson… et danser spontanément. Mieux encore, la musique est aussi davantage qu’un plaisir, un outil pouvant servir très utilement notre cerveau.

PUB

La musique augmente l’intelligence verbale des enfants

C’est prouvé par des études. Les enfants très jeunes entre 4 et 5 ans bénéficiant d’une initiation à la musique possèdent une meilleure compréhension à l’oral ainsi qu’un meilleur raisonnement à partir d’explications orales. Le développement des capacités musicales comme reconnaitre un instrument ou identifier une mélodie semble se transférer aux domaines du raisonnement et du langage.

PUB
PUB

La musique apprend à décoder les émotions

Quand quelqu’un vous parle, vous devinez plus ou moins dans quel état d’esprit il est, quelles sont ses émotions, et cela au son de la voix, à sa manière de parler. Des études scientifiques ont montré que les personnes n’ayant pas de pratique musicale se trompent bien plus souvent que les personnes ayant un bon niveau de pratique musicale. Autrement dit, être musicien augmente votre niveau d’expertise pour comprendre les émotions des personnes que vous côtoyez. C’est peut-être pour cela que l’on dit parfois que « la musique adoucit les mœurs », mieux on se comprend et plus on peut être en harmonie.

Publié le 08 Septembre 2015 | Mis à jour le 06 Septembre 2016
Auteur(s) : Dr Catherine Solano
Source : - S Moreno et col.
Voir + de sources
Short-term music training enhances verbal intelligence and executive function. Psychological Science November 2011 vol. 22 no. 11 1425-1433 
- SF Lima, SL Castro. Speaking to the Trained Ear: Musical Expertise Enhances the Recognition of Emotions in Speech Prosody EMOTION · OCTOBER 2011 3.88 · DOI: 10.1037/a0024521
- Habib M. Bases neuroscientifiques de l'utilisation de la musique dans la prise en charge des enfants dyslexiques. ANAE. Approche neuropsychologique des apprentissages chez l'enfant 2014, no128, pp. 37-46 
- D. Desguin 2011. Les principes et les structures neurophysiologiques responsables de la perception et la production de rythme. Leur utilisation dans le cadre de la kinésithérapie.