Cancer du sein : le "gros bras" c'est quoi ?

© Istock

Qu'est-ce qu'un " gros bras " ou lymphoedème secondaire ? Il s'agit d'un évènement qui peut survenir à la suite d'un traitement chirurgical du cancer du sein étendu aux ganglions lymphatiques. Explications et comment prévenir ce risque ?

Publicité

Le traitement du cancer du sein consiste à supprimer la tumeur au niveau du sein. Toutefois, en cas de métastases ou de risque de métastases (la tumeur tend à envahir les tissus voisins), le traitement comprend également l'ablation des ganglions lymphatiques* situés au niveau de l'aisselle. Cette destruction des vaisseaux lymphatiques peut alors provoquer un syndrome du " gros bras " ou lymphœdème secondaire, désignant une accumulation de liquide lymphatique dans les tissus sous-cutanés. Autrement dit, la perturbation locale du système lymphatique peut s'accompagner d'un œdème au niveau de la main et du bras, sorte de gonflement et enraidissement.

Publicité
Publicité

Il existe trois périodes à risque de " gros bras "

Un lymphœdème peut survenir aussitôt après l'intervention. Il s'agit d'une réaction à la suppression brutale de la circulation lymphatique. Le gonflement peut ensuite s'atténuer en quelques semaines. Le maintien du bras en position élevée et des exercices musculaires suffisent le plus souvent à le faire disparaître.

Une forme plus sévère de " gros bras " peut se manifester 4 à 6 semaines après l'intervention. On recourt à un drainage lymphatique manuel effectué par un kinésithérapeute et à des anti-inflammatoires.

Enfin, l'œdème peut survenir bien plus tard, 18 à 24 mois voire quelques années après la chirurgie. On remarque généralement un petit gonflement, rarement douloureux mais qui doit amener à consulter. Progressivement, les mouvements risquent d'être gênés. De plus, il existe un risque d'infection. Et enfin, cette réaction à distance de l'acte opératoire peut indiquer une récidive.

Comment savoir si l'on va avoir ou non un " gros bras " ?

Tout d'abord, grâce aux progrès en matière de techniques opératoires, il faut savoir que les interventions sont de moins en moins agressives, ce qui a permis de diminuer considérablement les risques de ' gros bras ', sans toutefois les annuler.

Ensuite, s'il est impossible de prédire qui souffrira ou non d'un gros bras, certains facteurs de risque ont cependant été identifiés :

Une infection, notamment autour du drain ou sur le site d'implantation d'un cathéter au niveau du sein opéré.

Une radiothérapie associée à la chirurgie.

Certains antécédents médicaux : diabète, hypertension artérielle, problèmes rénaux, insuffisance cardiaque, maladie du foie…

Une récidive de la tumeur.

Un surpoids.

Un mauvais état nutritionnel.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 02 Mars 2009 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 03 Septembre 2015 : 16h55
Source : " Le cancer du sein, 100 questions-réponses ", Zora Brown, Harold Freeman, Jean-Pierre Camilleri et Elizabeth Platt, éditions EDP sciences.
La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :