Le cancer se guérit de mieux en mieux

Publié le 10 Mai 2006 à 2h00 par Rédaction E-sante.fr
Aujourd'hui, les chances de guérir d'un cancer sont très élevées. Dix ans après le diagnostic d'un cancer, 98% des personnes encore en vie peuvent être considérées comme guéries car le taux de rechute n'est plus alors que de 2%. Ce taux de survie s'accroît au gré des avancées thérapeutiques mais aussi grâce aux progrès réalisés en matière de prévention et de dépistage.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La survie après un cancer dépend de nombreux facteurs

Les chances de guérir d'un cancer augmentent avec le temps : durant la première année qui suit le dépistage, elles sont de 73% et atteignent 98% dix ans plus tard. Très tôt après le dépistage, elles sont plus importantes chez les femmes (80% à un an et 98% à dix ans) que chez les hommes (respectivement 67% et 98%). Le taux de guérison est également plus élevé chez les plus jeunes.Un autre facteur qui influence la guérison du cancer est la période de diagnostic. Les diagnostics les plus récents (1992-1994) s'accompagnent d'une hausse des guérisons comparativement aux plus anciens. Cette constatation témoigne des formidables progrès réalisés dans la prise en charge des personnes atteintes d'un cancer.

Des différences flagrantes selon les cancers

Si passé les dix premières années après un cancer la survie est à ce stade de 98%, celle-ci varie en fonction du type de cancers. En grande partie grâce au dépistage systématique, les chances de guérison après un cancer du sein ont considérablement augmenté. C'est également le cas du cancer des testicules qui était en 1980 une des plus grandes causes de mortalité. Aujourd'hui, la survie à trois ans est élevée et quasi-assurée à dix ans. Concernant le cancer du poumon, deuxième cancer le plus fréquent chez l'homme et quatrième chez la femme, le pronostic reste sombre. Une des explications est que moins de 20% des tumeurs sont diagnostiquées à un stade précoce. Or plus la tumeur est à un stade avancé, plus l'efficacité des traitements diminue.

Le cap des cinq ans après un cancer

Le passage des cinq ans est très important, car à partir de ce cap on considère que le risque de décès lié au cancer devient très faible. En d'autres termes, passé le cap des 5 ans, on parle réellement de guérison. Il devient urgent de créer un dispositif personnalisé de sortie de la maladie, de retour à l'emploi, à l'assurabilité et à la citoyenneté. Une loi sera peut-être nécessaire pour contraindre les assureurs et les organismes de crédits à accéder aux demandes des personnes guéries de leur cancer…

Source : Dossier de presse Inserm, Expertise collective, " Cancers - pronostics à long terme ", 19 avril 2006.