Cancer de la peau : guerre ouverte contre les UV en cabine

© getty

Les statistiques sont éloquentes : le nombre de cancers de la peau double tous les 10 ans et on déplore chaque année 1.620 décès parmélanome, le cancer de la peau le plus dangereux.

Pourtant les différentes campagnes de prévention n’ont en rien changé nos habitudes de bronzage ni empêché le recours aux UV en cabine.

L’Institut national du cancer (Inca) et l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) se sont associés autour de ce nouveau numéro thématique du BEH, soulignant les dangers desUV A et B naturels(soleil) etartificiels (cabines de bronzage), ainsi que les moyens de prévenir et de détecter au plus tôt les cancers de la peau (carcinomes et mélanomes).

PUB

Trois idées fausses à combattre sur les UV en cabine

  • L’exposition aux UV artificiels délivrés en cabine ne prépare pas la peau au soleil et ne permet pas d’éviter les coups de soleil.

    La coloration de la peau acquise par une expositionaux UV en cabine n’est que faiblement associée à un épaississement de la peau, seul rempart induit par le soleil permettant de protéger la peau face aux agressions solaires ultérieures.

    PUB
    PUB

  • Les UVA diffusés en cabine de bronzagene sont pas inoffensifs.

    En effet, on a longtemps considéré que seuls les UVB étaient dangereux car associés aux coups de soleil. Or les UVA sont eux aussi cancérogènes.

    Des études ont montré que la population atteinte de mélanome avait une utilisation plus fréquente, plus intense et plus prolongée d’UV artificiels.

    Les UV artificiels font bien partie de la liste des agents cancérogènes pour l’homme, au même titre que les rayonnements du soleil.

  • Les UV en cabine ne peuvent être utilisés comme source de vitamine D.

En France, environ 3 millions de personnes passent par ces cabines UV dont les lampes émettent des UVA d’intensité potentiellement équivalente à celle du soleil dans les zones subtropicales.

13 % des Français ont déjà utilisé des UV artificiels au moins une fois au cours de leur vie, particulièrement des femmes et des jeunes adultes.

Cabines de bronzage et mélanome

On estime que 4,6% des cas demélanomes cutanés, soit 347 cas annuels, sont attribuables à l’utilisation des cabines de bronzage. Autrement dit, entre 19 et 76 décès annuels sont attribuables aux UV en cabine.

Alors protégez-vous des UV !

En attendant de nouvelles réglementations, fuyez les cabines de bronzageet protégez-vous du soleil : crème solaire, vêtements couvrants, chapeau ou casquette et lunettes de soleil.

Publié le 24 Mai 2012
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire, (BEH) n°18-19 / 22 mai 2012.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés