Cancer : on finira par en guérir

Les spécialistes réunis à l'occasion du congrès Euro-cancer ont détaillé avec optimisme les progrès en terme de dépistage et de traitement du cancer.
Publicité

Aujourd'hui, on est capable de guérir 55% des cancers. Mais grâce aux progrès réalisés en matière de dépistage de plus en plus précoce, les chercheurs ont lancé les paris : d'ici une vingtaine d'années, nous vaincrons 8 cancers sur 10 !En attendant, les avancées déjà réalisées méritent d'être à nouveau citées.

Le miracle du Glivec

A l'origine, capable de guérir certaines formes rares de leucémie, ce médicament fait actuellement ces preuves contre d'autres formes rares de cancer du tube digestif. Les résultats obtenus avec cette molécule sont spectaculaires. Notamment, certains patients dont la vie semblait limitée à quelques années, ont pu reprendre une vie normale. Grâce au Glivec (laboratoires Novartis), on observe désormais un taux de 95% de survie. Les performances de cette molécule vient du fait qu'elle arrête spécifiquement la multiplication des cellules cancéreuses, sans toucher les cellules saines.

Publicité
Publicité

L'efficacité des chimiothérapies

Grâce aux développement de la « famille Glivec », les praticiens prescrivent de plus en plus de médicaments avec la chimiothérapie afin d'en potentialiser les effets. Dans certains cas (cancer du côlon, des bronches, du sein, de la tête et du cou), ces spécialités pharmaceutiques ne sont pas suffisamment efficaces seules, mais couplées à la chimiothérapie leurs effets décuplent. Les chiffres annoncent 20% de guérison supplémentaire grâce à cette association très avantageuse.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 24 Juin 2002 : 02h00
Source : Eurocancer, congrès européen en cancérologie, 4-6 juin 2002, Paris. www.eurocancer.com