Cancer du col de l’utérus : les départements où le taux d’incidence est le plus élevé

Près de 3000 nouveaux cas de cancers du col de l’utérus sont diagnostiqués chaque année en France. Une nouvelle avancée dans le dépistage du papillomavirus a amélioré la prise en charge des femmes à risque. Mais quels sont les départements qui enregistrent le taux d'incidence le plus important pour cette pathologie ?
Cancer du col de l’uterus : les departements ou le taux d’incidence est le plus eleve

Chaque année, environ 3000 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus sont diagnostiqués en France. Cette maladie, liée dans la grande majorité des cas à une infection persistante par un papillomavirus humain (HPV - virus sexuellement transmissible), est responsable de 1 000 décès tous les ans. Quels sont les départements les plus touchés ? On passe en revue, dans notre diaporama, les régions françaises où le taux d'incidence est le plus important pour le cancer du col de l’utérus en s’appuyant sur les données disponibles sur Géodes, l'observatoire cartographique dynamique de Santé Publique France. 

À titre d'indication, le taux d'incidence correspond au nombre de nouveaux cas diagnostiqués dans une population non malade. Dans son classement, l'organisme de santé compte le nombre de cas diagnostiqués pour 1000 000 habitants entre  2007 et 2016

Papillomavirus : un nouveau test de dépistage plus fiable

Depuis le printemps 2020, les Françaises bénéficient d’un dépistage du cancer du col de l'utérus plus précis. Les tests HPV (human papillomavirus) sont maintenant proposés aux femmes de plus de 30 ans. Son coût qui varie entre 40 et 50 euros, est pris en charge. 

Avec ce nouveau test, les laborantins qui reçoivent les échantillons, sont capables de détecter directement la présence du virus HPV. Il n’est donc plus nécessaire de chercher des anomalies dans les cellules prélevées comme avec le frottis. Ce nouveau test se révèle très fiable. "Quand je dis à une femme : "Madame vous êtes négative", je lui dis la vérité. Alors qu’avant je pouvais me tromper avec les 40 % de faux négatifs en disant que le test cytologique était normal tandis que ce n’était pas le cas", a expliqué le Dr Brun à nos collègues de Libération. 

Toutefois, ce dépistage n’est pas pour toutes les patientes. Les modalités varient en fonction de leur âge :

  • Pour les femmes entre 25 et 29 ans : un examen cytologique tous les 3 ans - après deux premiers tests réalisés à 1 an d’intervalle et dont les résultats sont normaux -  reste préconisé. 
  • Pour les patientes de 30 ans à 65 ans : le nouveau test HPV est réalisé 3 ans après le dernier examen cytologique dont le résultat est normal. Un nouveau test est refait tous les 5 ans, jusqu’à l’âge de 65 ans, dès lors que le résultat du test est négatif.

La prise en charge rapide du cancer améliore le pronostic, il est donc important de se faire dépister.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Géodes, Taux d'incidence standardisé lissé du cancer du col de l'utérus en 2007-2016
Cancer du col de l'utérus : HPV, des tests qui changent la vie pour les plus de 30 ans, Libération, 2 janvier 2021