Calendrier vaccinal : méningite, coqueluche et tuberculose au programme

Le nouveau calendrier vaccinal vient d'être publié. Il met l'accent sur trois maladies redoutables : la méningite à pneumocoque, la coqueluche et la tuberculose.
Publicité

Vaccin pneumococcique pour les enfants

La généralisation du vaccin contre le pneumocoque à tous les enfants de moins de 2 ans représente l'innovation la plus marquante du nouveau calendrier vaccinal alors qu'auparavant il était réservé aux seuls enfants vivant en collectivité. Or le pneumocoque est un microbe très courant, responsable de nombreuses angines, otites et bronchites. Il est surtout le premier agent pathogène retrouvé dans les méningites en France, ce qui en fait un véritable danger. En pratique, ce nouveau vaccin ne changera pas grand-chose à la vie de nos bébés car il leur sera injecté, dans la même seringue, avec les autres vaccins recommandés (vaccin heptavalent). Le schéma vaccinal comprend trois injections à un mois d'intervalle avec une première injection dès l'âge de 2 mois. Un rappel est nécessaire entre 12 et 15 mois.

Publicité
Publicité

Entre 2 et 5 ans, chez les enfants non vaccinés, le vaccin contre le pneumocoque est recommandé aux enfants qui présentent un risque particulier, comme le diabète, l'infection à VIH, la drépanocytose.

A savoir : votre médecin peut également vous le prescrire en cas d'otites ou d'angines récidivantes (mais hors remboursement Sécurité sociale).

Chez l'enfant de plus de 5 ans (et chez l'adulte), la vaccination pneumococcique est recommandée tous les cinq ans pour les sujets à haut risque.

BCG : toujours obligatoire !

Le maintien de l'obligation du vaccin contre la tuberculose (BCG) pour les enfants entrant en collectivité représente l'autre grande actualité de ce nouveau calendrier vaccinal. De nombreux pédiatres avaient en effet milité pour l'abrogation de cette obligation, affirmant que chez la plupart des enfants, le BCG était inutile et qu'il devait être réservé aux enfants à risque, immigrés ou vivant dans des milieux exposés. Le Conseil supérieur d'hygiène publique de France (Cshpf) en a décidé autrement, estimant qu'une telle abrogation était discriminatoire et que la lutte contre la tuberculose restait une priorité absolue. Le BCG reste donc obligatoire avant l'âge de 6 ans pour l'entrée en collectivité.

À savoir : avant l'âge de 3 mois, les nourrissons peuvent être vaccinés sans test tuberculinique préalable, ce qui est un avantage.

Reste qu'avec le retrait du marché des bagues multipuncture (Monovax), le vaccin et le test tuberculinique devront être effectués par voie intradermique, voie que de nombreux médecins n'aiment pas faire car elle est délicate à réaliser sur un enfant qui bouge

Publié par Dr Philippe Presles le Vendredi 04 Août 2006 : 02h00
Source : BEH, n° 29-30/2006.