Caféine : une drogue planétaire…

Publié le 01 Février 2015 | Mis à jour le 02 Février 2015
Auteur(s) : Paule Neyrat, Diététicienne

… bénéfique mais dont il ne faut pas abuser. Pas toujours facile car cet alcaloïde qu’est la caféine se retrouve dans de nombreuses boissons et l’on peut ainsi devenir drogué(e) à l’insu de son plein gré. 

PUB

Les alcaloïdes sont des substances d’origine végétale douées de propriétés physiologiques remarquables aussi bien toxiques que thérapeutiques.

La cocaïne, la strychnine, la morphine, la nicotine sont des alcaloïdes, tout comme la caféine (du café) ou la théobromine et la théophylline du thé dont les structures chimiques sont proches de cette dernière.

Si on boit du café et/ou du thé sur toute la planète, c’est principalement à cause de l’effet stimulant qu’a la caféine sur tout le système nerveux.

PUB
PUB

Elle agit positivement sur notre vigilance et notre attention et diminue aussi la sensation de fatigue. Ce qui nous permet de rester bien éveillés.

D’où le rituel du café ou du thé au petit déjeuner, celui du café après le déjeuner et du thé dans l’après-midi car la caféine combat la somnolence digestive.

Il y a environ 40 mg de caféine dans une tasse de café expresse Arabica et quasiment le double si c’est du Robusta. Dans le thé, c’est très variable, de 80 à 70 mg (pour une tasse de 20 cl). Il y en a de 40 à 50 mg dans une boîte de cola (33 cl) et autant dans les boissons énergisantes.

On recommande généralement de ne pas dépasser 300 mg de caféine par jour. Certains admettent même la dose de 500 mg.

La caféine, à l’inverse des autres drogues, ne provoque pas vraiment d’addiction. Mais elle en est quand même une car son sevrage, lorsqu’on en consomme beaucoup, provoque des effets dits rebonds, tels l’irritabilité, la somnolence et souvent des maux de tête.

Paule

Soumis par Paule Neyrat le
PUB
PUB

Contenus sponsorisés