Bronchiolite : les séances de kiné sont-elles vraiment nécessaires ?

© getty

Une étude très sérieuseremet en question l’efficacité de la kinésithérapie respiratoiredont bénéficient certains nourrissons atteints de bronchiolite.

Rappelons qu’au cours de cette affection très fréquente, des séances de kiné sont parfois proposées pour faciliter l’évacuation des sécrétions respiratoires et ainsi améliorer la respiration du bébé…

Publicité

Traitement de la bronchiolite : la kiné respiratoire serait inefficace

La revue médicale Prescrire s’appuie sur 9 études réalisées par un groupe du Réseau international Cochrane ayant porté sur un total de 891 nourrissons hospitalisés pour bronchiolite.

Leur analyse ne montreaucune différence entre les enfants traités avec ou sans séances de kinésithérapie.

Autrement dit, la bronchiolite, infection virale respiratoire très fréquente, qui débute par un simple rhume, une toux, puis une respiration sifflante et qui peut se compliquer chez les enfants les plus fragiles, dure en moyenne 13 jours, avec ou sans kiné.

À noter que les études mentionnées ont toutes porté sur des enfants hospitalisés en pédiatrie, c’est-à-dire sur les nourrissons les plus gravement atteints et parmi les plus fragiles, ce qui ne représente pas la majorité des 30% debébés atteints de bronchiolite chaque hiver.

Publicité
Publicité

Enfin, une seule étude rapporte des effets indésirables : vomissements, instabilité respiratoire, douleurs, fractures de côte (1 fracture pour 1.000 nourrissons traités).

Bronchiolite et kiné : en pratique

Ces études confirment que les séances de kiné ne doivent pas être systématiques, mais bien réservéesauxbébés souffrant d’un encombrement bronchique. Les techniques expiratoires utilisées en France sont passives et lentes, associées à la toux provoquée.

Finalement, puisque la bronchiolite est une affection virale extrêmement contagieuse, le plus souvent bénigne, qui guérit spontanément, mieux vaut miser sur laprévention, laquelle repose sur des règles d’hygiène :

  • Se laver les mains très régulièrement.
  • Se couvrir la bouche pour éternuer ou tousser.
  • Ne pas embrasser bébé si l’on est malade.
  • Porter un masque chirurgical pour s'occuper d'un bébé.
  • Éviter d’emmener bébé dans les lieux publics où il pourrait être en contact avec des personnes contaminées.

Protéger bébé de la bronchiolite lui évite d’éventuelles séances de kiné respiratoires douloureuses et éprouvantes, voire inefficaces

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 05 Décembre 2012 : 09h20
PUB
PUB