BPCO : quels sont les symptômes ?

Le tabac est la première cause de BPCO, initiales de broncho-pneumopathie chronique obstructive.
Cette affection respiratoire caractérisée par une obstruction progressive des voies aériennes est donc essentiellement une maladie de fumeurs.
Comment se traduit-elle ?
Quels sont les symptômes et signes d’alerte de la BPCO ?

PUB

BPCO : une toux matinale accompagnée de crachats

La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) est doublement insidieuse car elle met plusieurs années avant de se manifester, et lorsque les premiers symptômes se manifestent, ils sont banalisés par les fumeurs, considérant la toux normale en raison de leur tabagisme.

C’est ainsi que le diagnostic est souvent tardif.

Or la « simple toux » du fumeur n’a rien à voir avec la BPCO.

Les lésions respiratoires de la BPCO sont irréversibles avec une possible évolution vers l’insuffisance respiratoire mettant en jeu le pronostic vital.

Qui risque une BPCO ?

BPCO : les chiffres qui font peur

PUB
PUB

Selon l’OMS, 210 millions de personnes dans le monde souffrent de BPCO et plus de 3 millions en meurent chaque année.

En Europe, la BPCO représente la troisième cause de mortalité.

En France, on estime à 3,5 millions le nombre de personnes touchées par la BPCO (dont 100.000 atteints de formes sévères nécessitant une assistance respiratoire), soit 7,5 % de la population de plus de 40 ans.

BPCO : fumeurs et anciens fumeurs principalement touchés

Les fumeurs ou anciens fumeurs sont les premières victimes de la BPCO : 80 % des BPCO sont liées au tabac. L’incidence de la BPCO semble se stabiliser chez les hommes, mais avec le développement du tabagisme féminin, les femmes sont aujourd’hui presque autant touchées que les hommes dans les pays développés.

Le risque de BPCO augmente avec l’ancienneté et l’intensité du tabagisme.

À noter que la consommation de cannabis est considérée comme un facteur aggravant.

Les autres facteurs de risque de BPCO :

  • l’exposition au tabagisme passif,
  • les antécédents familiaux de BPCO et les antécédents d’infections respiratoires dans l’enfance constituent des facteurs de risque.
  • la pollution atmosphérique, intérieure et extérieure,
  • les expositions professionnelles à des polluants industriels (minéraux, produits chimiques, organiques) augmentent également les risques de BPCO.

Selon les projections de l’OMS, en raison du tabagisme et de la pollution, le nombre de décès attribuables à la BPCO pourrait augmenter de plus de 30 % dans les dix ans à venir…

Publié le 01 Décembre 2013 | Mis à jour le 02 Décembre 2013
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : HAS, http://www.
Voir + de sources
has-sante.fr/portail/jcms/r_1505286/fr/bronchopneumopathie-chronique-obstructive-bpco-parcours-de-soins. Ministère de la Santé, http://www.sante.gouv.fr/qu-est-ce-que-la-bpco.html. Inserm, http://www.inserm.fr/thematiques/immunologie-hematologie-pneumologie/dossiers-d-information/bronchopneumopathie-chronique-obstructive-bpco.  Association BPCO, http://www.bpco-asso.com.
La rédaction vous recommande sur Amazon :