Une bonne dispute, ça existe ?

Se disputer, ca arrive à tous les couples. Parfois c'est même grave quand ca devient de plus en plus fréquent, quand les temps d'amour diminuent de plus en plus, et quand l'incompréhension s'installe durablement. Pourtant il arrive qu'une dispute soit saine, qu'elle aide à avancer, à mieux se comprendre, et même à réajuster deux personnes très différentes qui vivent ensemble. À quoi reconnaît-on une bonne scène de ménage ?
PUB

La dispute positive fait du bien

Après une bonne scène de ménage, on ne se sent pas haineux, coléreux, mais déchargé d'un poids qui nous oppressait. Et cet éclat nous a permis de faire sauter le couvercle donc d'empêcher la pression de monter trop haut. On se sent bien car on perçoit qu'elle ne met pas du tout en péril le couple qu'on forme.

Alice : "Après la naissance d'Edouard, nous avons eu du mal à nous retrouver. Je crois qu'on avait besoin de reprendre nos marques. Un jour, nous avons eu une des plus grosses disputes depuis qu'on est ensemble, Gilles et moi. Et à la fin, on a éclaté de rire. On s'est fait un câlin et finalement ce fut un moment où nous nous sommes sentis à nouveau très proches. On s'est senti deux l'un en face de l'autre en oubliant Edouard à cet instant. Et ça nous a fait du bien !"

PUB
PUB

La dispute positive est utile

Comme deux personnes en face l'une de l'autre sont forcément différentes, il arrive qu'elles se comprennent mal. La meilleure technique pour bien se disputer, c'est évidemment de très bien savoir exprimer ses désirs, ses souhaits et d'expliquer à l'autre ce qui peut chez lui nous gêner. Et que l'autre capte, comprenne ce que nous revendiquons. Mais ce n'est pas toujours simple. Nous avons souvent du mal à avouer nos désirs. Pour ça il faut déjà les connaître et oser les dire. On peut se sentir timide ou indécis vis-à-vis de notre conjoint. Et puis s'il nous indispose par certaines de ses attitudes, nous avons souvent tendance à le garder pour nous. Et alors un jour ou l'autre, ça explose. Et cela peut rapprocher.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 02 Février 2009 : 01h00