Blanchiment des dents : pour ou contre les « bars à sourire » ?

Les bars à sourire, qui proposent un blanchiment express des dents fleurissent et les dentistes n’apprécient pas cette pratique. Les risques liés à cette pratique du blanchiment des dents, jusque-là réservée à des spécialistes, sont mis en avant.
© Istock

Les bars à sourire opposent dentistes et industriels

Les dentistes ont protesté face à la prolifération des bars à sourire, boutiques ayant pignon sur rue et proposant à toute personne majeure un blanchiment express desdents. Ce nouveau procédé ne redonne pas le sourire aux dentistes, inquiets des risques pour les clients potentiels de cette pratique concurrentielle.

Aujourd’hui, c’est au tour des acteurs du blanchiment industriel, notamment la chaîne « Bars à Sourire » et « Point Sourire », de porter plainte en diffamation contre l’Ordre national des chirurgiens dentistes et la Confédération nationale des syndicats dentaires ainsi que plusieurs dentistes.

Les bars à sourire, la belle affaire !

Les bars à sourire proposent un éclaircissement chimique de la surface de l’émail, comme en cabinet dentaire, mais en utilisant des produits bien moins concentrés (environ 30% de moins), donc moins agressifs mais aussi moins efficaces.

Ce blanchimentdes dents se réalise en quelques minutes et à un coût bien moindre que celui proposé par le dentiste.

Pour les industriels, il s’agit d’un acte purement cosmétique, tandis que pour les dentistes, le blanchiment est une « vraie » intervention médicale, un examen attentif buccodentaire étant nécessaire avant toute application de produits de blanchiment.

On peut dire ici que le blanchiment est un acte anti-naturel, comme les épilations, tatouages, piercings, injections d’acide hyaluronique ou exposition aux UV en cabine…

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Avis de l’Ordre national des chirurgiens dentistes (ONCD), novembre 2011 ; le Figaro, 10 octobre 2011.