Un biscuit, ça n'est pas un câlin

Publié le 22 Mars 2011 | Mis à jour le 22 Mars 2011
Auteur(s) : Paule Neyrat, Diététicienne
PUB

Si vous avez la vilaine habitude de vous précipiter sur un biscui t ou un morceau de chocolat dès que ça ne tourne pas rond, si vos kilos en trop sont dus aux grignotages calmants, c'est probablement la faute de Maman !

Une étude faite sur des enfants américains de 3 à 5 ans démontre clairement que lorsque les parents leur donnent des cookies (biscuits gras et sucrés) pour les calmer lorsqu'ils sont anxieux, les petiots prennent vite l'habitude de grignoter sans avoir faim. Du coup, ils avalent plus de calories qu'ils ne devraient.

PUB
PUB

Et que se passe-t-il lorsque l'on dépasse son quota de calories ? On prend inévitablement du poids.

Tout cela n'est pas vraiment nouveau. On sait depuis longtemps que calmer un enfant qui piaille parce qu'il a peur, est en colère, est mal dans sa peau ou fait un caprice, à coup de bonbons ou de biscuits, ça n'est pas la bonne solution. Et ce, même avant 3 ans ou après 5 ans !

Un câlin, du temps passé à le rassurer, à le calmer, ça prend du temps, mais ça n'apporte pas de calories superflues et ça ne lui donne pas de mauvaises habitudes alimentaires.

Paule

Jackie Blissett, Emma Haycraft, and Claire Farrow. Inducing preschool children's emotional eating: relations with parental feeding practices. Am J Clin Nutr August 2010 92: 359-365. June 9, 2010.

Soumis par Paule Neyrat le
PUB
PUB
PUB

Contenus sponsorisés