Bientôt, les voitures seront équipées de détecteurs de somnolence

La baisse de la vigilance, ou hypovigilance, représente la première cause de mortalité sur autoroute. Accentuée par la prise d'alcool, de drogue et de certains médicaments, elle est responsable de 34% des accidents mortels, loin devant la vitesse (18%) ou les erreurs de conduite (2%).
Publicité

Nombre de conducteurs payent hélas de leur vie le fait de n'avoir par tenu compte des premiers signaux d'alerte de l'hypovigilance : les paupières clignent souvent, les yeux piquent, la voiture mord durant une fraction de seconde la ligne pointillée, etc. Dans le cadre de la recherche et de l'innovation dans les transports terrestres, un système de détection de l'hypovigilance, installé à bord du véhicule et capable le cas échéant, d'alerter le conducteur par une alarme lumineuse ou sonore, est actuellement en cours d'expérimentation.L'équipement des premières voitures commerciales est prévu pour 2006. Ce système innovant concernerait dans un premier temps les automobiles haut de gamme, mais surtout les bus et les camions, très souvent impliqués dans les accidents liés à la somnolence au volant.

Publicité
Publicité

Des capteurs sensoriels analysent en temps réel de multiples paramètres

Ce nouveau dispositif est composé de 5 capteurs multisensoriels reliés à une unité informatique chargée de traiter les informations et d'analyser en temps réel l'évolution de l'état du conducteur. Un premier capteur vidéo mesure en permanence la distance entre la voiture et la ligne blanche latérale. D'autres renseignent sur les mouvements du volant, la pression sur les pédales, la vitesse du véhicule, mais également sur les mouvements des paupières, dont la fréquence et la durée de fermeture. Et enfin, puisque chaque personne est unique, ce système de diagnostic sera personnalisé, c'est-à-dire capable de réagir selon les caractéristiques propres de chaque conducteur grâce à une mémoire. Ainsi, lorsqu'un véhicule passe de main en main, un émetteur ou un système de reconnaissance d'image permettra à l'unité informatique d'identifier le conducteur installé derrière le volant. Côté coût, l'objectif est de ne pas dépasser 1.000 à 2.000 francs par véhicule équipé, condition essentielle à la diffusion la plus large possible de ce système de sécurité, censé préserver des milliers de vies humaines.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 02 Juillet 2001 : 02h00