Baignade en lacs et rivières : des eaux pas si tranquilles que ça...
Publié le 21 Juillet 2014 à 9h36 par Marion Garteiser, journaliste santé

Baigande en rivières et lacs : de l'eau... et des bactéries

À la plage, grâce à l’alternance des marées, l’eau est toujours renouvelée. Les éventuelles bestioles indésirables sont donc régulièrement chassées, et ne peuvent pas s’installer trop confortablement… ni envahir les baigneurs.

En revanche, en rivière ou en eau dormante (lac ou étang), il est plus facile pour des parasites de proliférer, ce qui rend les eaux de baignade parfois dangereuses.

Et la liste de problèmes potentiels est longue : gastro-entérites, infections respiratoires, infection de petites plaies, otites... peuvent être dues à la présence de bactéries.

On craint notamment des bactéries fécales, introduites dans l’eau par la négligence des hommes, la présence d’animaux à proximité, ou tout simplement le rejet d’eaux usées dans les cours d’eau.

Par ailleurs, des micro-algues peuvent entraîner des réactions allergiques (irritations de la peau) si l’on reste trop au contact du sol.

Mousse ou écume blanche au bord d'un lac : un danger ?

Nombre de baigneurs rapportent ce phénomène et s'en inquiètent. Mais la présence d'une écume blanche peu ragoutante sur les rivages d'un lac n'est généralement pas un signe de pollution. Personne n'a vidé de bidons de lessive pour polluer la plage !

Il s'agit la plupart du temps d'une phénomène normal et inoffensif, l'écume résultant de la dégradation d'un composé organique du lac (des plantes par exemple). Dans tous les cas, en présence d'un tel phénomène, l'eau est analysée et au moindre doute, la plage est fermée.

Eaux de baignade : comment se baigner dans les cours d'eau en toute sécurité ?

Cela commence, naturellement, par une vérification soigneuse de la qualité des eaux de baignade.

Vous trouverez toutes les infos sur la qualité des eaux de baignade ici : http://baignades.sante.gouv.fr/baignades/editorial/fr/accueil.html

Attention cependant, la contamination d’un point d’eau peut se faire rapidement. Avant d’aller vous baigner, consultez le site de l'Agence régionale de santé locale pour avoir les renseignements les plus récents.

Par ailleurs, même si vous sélectionnez avec soin votre lieu de baignade, certaines précautions restent conseillées :

  • Ne vous baignez pas si vous avez une plaie ouverte ; et si vous vous blessez dans l’eau, nettoyez puis désinfectez rapidement la zone.
  • Ne vous asseyez pas directement sur le sol mais utilisez une serviette épaisse.
  • Ne restez pas trop longtemps en maillot mouillé, douchez-vous dès que possible (et mettez-vou au sec).
  • Ne laissez jamais vos déchets dans les environs, cela risque d’attirer des animaux !

Et la bilharziose ?

Fin avril 2013 ont été signalés des cas de bilharzioses dans la rivière Cavu en Corse. La bilharziose est causée par un ver parasite (Schistosoma haematobium) qui vit dans l’eau douce et qui pénètre dans l’organisme humain en traversant la peau. Ce dernier est plutôt un parasite des pays tropicaux et n'est que très rarement vu chez nous.

Le phénomène est inquiétant car la maladie est dangereuse, mais il faut relativiser et ne pas généraliser. Il est fort à parier que vous n'attraperez pas la bilharziose en vous baignant dans plan ou un cours d'eau en France !

Baignade en lacs et rivières, des eaux pas si tranquilles que ça...

Tous les ans, de nombreux accidents et noyades sont à déplorer en lacs, rivières et autres cours d'eau. Et les noyades dans ce type d'environnement ont une probabilité de décès plus importante qu'en mer.

  • Premier danger : la profondeur

Contrairement à la mer où l'entrée dans l'eau est progressive, les lacs et cours d'eau peuvent être d'emblée très profonds. Le nageur n'a donc pas pied dès son entrée dans l'eau et les berges peuvent être abruptes, ce qui rend alors la remontée "en terre ferme" très difficile.

Autre point sournois : les trous et fosses. Vous croyez votre enfant en sécurité dans un lac avec une profondeur d'eau au niveau de sa taille. Mais le fond de l'eau n'est pas toujours plan et peut contenir des trous ou fosses, votre enfant n'a alors soudainement plus pied et s'enfonce.

  • Second danger tout aussi important : les courants

Les rivières et fleuves peuvent abriter de forts courants dont on ne ressent pas la force depuis l'extérieur. Les personnes se mettant à l'eau sont vite emportées très loin et se trouvent très vite en difficulté. Elles s'épuisent après quelques minutes et c'est la noyade.

Encore plus sournois, certains cours d'eau peuvent être calmes dans la plupart des endroits et dangereux en certains points, du fait de courants isolés (tourbillons par exemple, aussi appelés "bassines" ou "baïnes").

  • Autre danger : les courants soudains causés par une forte pluie, un lacher d'eau au niveau d'un barrage. L'eau qui était paisible devient d'un coup tumultueuse, le volume de la rivière grossit et son débit augmente très fortement. En quelques secondes, le nageur est en danger de mort.

  • Dangereux imprévus

Un nageur en eau douce est en pleine nature. Il est facile de paniquer dans un environnement que l'on ne connaît pas : présence de vase, d'herbes aquatiques, fonds sombres, absence de visibilité dans l'eau...

La rivière peut aussi transporter des branches ou tout autre objet qui peut blesser un nageur et ainsi provoquer sa noyade.

A ne pas négliger non plus : les bateaux, jet skis et autres bolides qui circulent et ne voient pas forcément un nageur dont seule la tête sort de l'eau...

  • La température de l'eau

Dans les lacs, rivières et autres cours d'eau, la température de l'eau peut être assez fraîche. Et une forte différence de température entre l’air et l’eau peut provoquer un choc thermo-différentiel et causer une syncope. C'est ce que l'on appelle l'hydrocution. La personne coule à pic et l'issue est souvent fatale.

Autre souci, quand l'eau est froide, le corps s'épuise plus vite. Nous sommes donc moins résistants dans une eau à 16°C qu'à 20°C !

A savoir :

Il est plus difficile de secourir une personne dans un cours d'eau qu'en mer du fait de l'aspect trouble de l'eau. Les sauveteurs manquent de visibilité et mettent beaucoup plus de temps à sortir le corps de l'eau. Or plus longtemps la personne reste inanimée dans l'eau, plus grand est le risque de décès.

Alors, choisissez la baignade et la sécurité !

Tous ces risques de noyade en eau douce peuvent donner "froid dans le dos". Le but n'est pourtant ni de vous gâcher les vacances ni de vous empêcher de vous baigner ! La France a de magnifiques cours et plans d'eau dont il est possible de profiter en été... en restant vigilant et prudent.

  • Préférez les zones de baignade surveillée.

    Ils sont moins fréquents qu'en mer mais existent.

    Renseignez-vous sur votre lieu de vacances auprès des offices de tourisme ou des personnes vivant sur place.

  • N’allez dans l’eau que si vous savez nager.

    D'une manière générale, si vous avez prévu de vous baigner en été, il est recommandé de mettre vos enfants en cours de natation durant l'année et dès 4 ans. Cette mesure constitue une excellente prévention.

  • Ne laissez jamais vos enfants seuls, même s'ils savent nager.

    Baignez-vous avec eux et munissez-les de brassards s'ils ne sont pas encore à l'aise dans l'eau.

    Et n'oubliez pas, la noyade est silencieuse.

  • En rivière, nagez toujours près des berges et jamais seuls.

  • Vous souhaitez vous baigner en rivière : renseignez-vous en amont sur la météo.

  • Ne surestimez pas vos capacités physiques.

  • Ne plongez pas si vous ne connaissez pas la profondeur de l'eau et l'état du fond (présence de rochers par exemple).
  • Et contre l'hydrocution :

    évitez de sauter dans l’eau après un bain de soleil. Cette dernière est parfois très froide et un choc thermique peut être très dangereux.

    Ne vous baignez jamais si vous avez consommé de l’alcool, et de préférence pas après un repas trop copieux.

    Concernant l'alcool, un chiffre édifiant : 1 noyade en eau douce sur 4 est due à la consommation d'alcool.

  • Ayez toujours sur vous un téléphone pour donner l'alerte.

    En effet, si vous êtes les seuls baigneurs et qu'un accident se produit, votre téléphone peut sauver une vie...

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : http://www.kwaliteitzwemwater.be/. OMS, Directives pour la sécurité des eaux de baignade - http://www.invs.sante.fr/Publications-et-outils/Rapports-et-syntheses/Maladies-chroniques-et-traumatismes/2013/Surveillance-epidemiologique-des-noyades-Enquete-NOYADES-2012 - http://www.directmatin.fr/france/2013-07-09/lete-quatre-personnes-meurent-chaque-jour-par-noyade-504881