Autorité des parents : idées reçues à revoir
Sommaire

Il faut récompenser son enfant dès qu'il obéit

FAUX. Dans son livre « Éduquer sans punir », Thomas Gordon remarque que les trois récompenses les plus courantes et qui plaisent le plus aux enfants sont « inviter un copain à venir dormir à la maison, acheter un jouet, acheter un nouvel habit ». La récompense est une conséquence positive engendrée par les parents suite à un comportement de l'enfant qu'ils souhaitent voir se développer. Elle représente donc en ce sens un outil efficace pour inculquer de bonnes habitudes.Reste qu'à l'instar de tout outil éducatif, elle perd de sa force dès qu'elle devient trop systématique et/ou trop prévisible. En somme, quand un comportement est considéré comme acquis, il n'est plus nécessaire de récompenser l'enfant, qui doit aussi apprendre à agir par et pour lui-même et non par et pour ce que papa et maman vont lui offrir.

Il ne faut pas faire de chantage à un enfant

FAUX. Ici, tout est une histoire de mots, de vocabulaires : plus que chantage, il est possible de parler d'accord ou de contrat entre l'enfant - qui prend un engagement - et les parents - qui promettent quelque chose en retour - généralement une récompense. En réalité, à partir du moment où elle ne tourne pas au chantage affectif, cette méthode peut motiver un enfant : quand tu auras rangé ta chambre, maman te « Cette motivation externe, artificielle, explique Louise Delheim, thérapeute, prendra ainsi le relais de l'absence de motivation interne, le temps nécessaire, et servira alors de renforcement positif. »

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Magazine Psychoenfants, n° 17, mars 2008. Dossier spécial sur l'autorité parentale