Attraction sexuelle : et si c'était une substance chimique ?

© Istock

L'attraction sexuelle, l'attirance vers une autre personne, dépend de son esthétique, de notre histoire personnelle qui fait que nous sommes attirés par tel trait plastique ou psychologique, des circonstances de la rencontre, mais elle dépend aussi d'une attraction chimique dont nous n'avons absolument pas conscience. Cet effet est dû aux phéromones…

PUB

Les phéromones sont des substances chimiques volatiles

Les phéromones sont des substances chimiques volatiles fabriquées par notre corps, qui se dispersent dans l'atmosphère extérieure et sont captées par d'autres personnes, provoquant une réaction physique ou psychique. Certaines sont vouées à l'attraction sexuelle. Elles ont été très étudiées chez les animaux chez lesquels elles ont une activité évidente, et beaucoup moins chez l'homme où elles sont moins faciles à mettre en évidence et cela pour deux raisons. Nous avons un cerveau intelligent nettement plus développé que tous les animaux, et nos pulsions passent donc par notre liberté de décision qui les accepte ou les rejette ; cela perturbe naturellement l'étude des phéromones. Et puis, les expériences réalisées chez les animaux ne pourraient souvent pas se faire chez l'humain, ne serait-ce que pour des raisons éthiques.Plusieurs expériences sont cependant particulièrement intéressantes.

PUB
PUB

Les phéromones, chez l'homme aussi...

La première consistait à imprégner un siège de salle d'attente de phéromone masculine (sueur des aisselles) et de noter pendant 3 semaines sur quel siège les femmes s'asseyaient. Résultat : un plus grand nombre s'assied sur le siège diffusant la phéromone. (1)Une deuxième étude consistait à présenter des photos de femmes à des hommes en leur demandant de donner une note au pouvoir de séduction de chacune des femmes. Si au moment de l'évaluation, ils respiraient des phéromones féminines, ils jugeaient nettement plus séduisantes les femmes. Celles qui gagnaient le plus de séduction étaient les femmes jugées les moins séduisantes au départ, sans phéromones (2). La même étude appliquée aux hommes jugés par des femmes donne les mêmes résultats (3).Une dernière étude a consisté à faire porter, pendant la nuit, un collier contenant de la phéromone présumée attirante pour le sexe opposé. Le jour suivant, les femmes qui avaient porté un tel collier, avaient significativement plus d'interactions avec des hommes de leur entourage que celles qui n'avaient pas porté ce collier imprégné de phéromones (4).

Publié le 18 Juin 2007
Auteur(s) : Dr Catherine Solano