L'artérite : à dépister à partir de la soixantaine

Publié le 02 Février 2009 à 1h00 par Rédaction E-sante.fr
Vous avez plus de 60 ans et vous présentez un facteur de risque cardiovasculaire (diabète, hypertension, cholestérol, antécédent familial...) ? Vous devriez faire mesurer votre ISP. Il s'agit d'un examen diagnostique très simple qui permet de dépister une artérite, affection qui peut révéler des complications au niveau des artères du coeur et du cerveau. Explications.
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Artérite ou artériopathie oblitérante des membres inférieurs

L'artérite, désignée médicalement par artériopathie oblitérante des membres inférieurs, se caractérise par un rétrécissement progressif des artères qui irriguent les jambes. Cette affection souvent asymptomatique au début est très fréquente.

Cette affection est importante à diagnostiquer car :

  • elle favorise la formation d'une thrombose (caillot sanguin),
  • elle révèle un sur-risque cardiovasculaire,
  • elle peut indiquer des complications au niveau des artères du cœur et/ou du cerveau.

Comment diagnostique-t-on une artérite ?

Un examen très simple repose sur la mesure de l'index de pression systolique à la cheville (ISP). Il s'agit de mesurer la pression artérielle au niveau de la cheville et au niveau du bras puis de calculer le rapport des deux chiffres obtenus.

Cet examen est peu coûteux, fiable et permet de favoriser une prise en charge rapide et adaptée.

Qui doit passer l'ISP ?

  • Les personnes de plus de 60 ans qui présentent un facteur de risque cardiovasculaire : diabète, hypertension, cholestérol, sédentarité, obésité, antécédent familial de maladie cardiovasculaire (infarctus, accident vasculaire cérébral).
  • Les adeptes du tabac, ils sont tous concernés dès lors que plus de la moitié des patients atteints d'artérite sont des fumeurs réguliers.
  • Les personnes dites "polyartérielles", c'est-à-dire celles qui ont eu plus d'une atteinte vasculaire (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral…).
Source : Communiqué de presse de la campagne pour la prévention de l'artériopathie des membres inférieurs, " Des pas pour la vie ", 13 janvier 2009, Société Française de Médecine Vasculaire (SFMV) et Institut de l'Athérothrombose (IAT).