Arrêtez de les faire manger dans la rue !

© Istock

La "street food", c'est-à-dire la cuisine de rue est courante dans nombre de pays et surtout en Asie. Mais ça n'est pas une raison pour que les enfants mangent leur goûter dans la rue, à la sortie de l'école. Pourquoi ?

PUB

Manger dans la rue, des cultures différentes

En France, au Moyen âge, il était habituel de manger dans la rue. Les viandiers y étaient installés, qui vendaient leurs pâtés chauds. Puis au 18ème siècle, les restaurants furent inventés et cette cuisine de rue a disparu peu à peu. Elle s'est réinstallée depuis quelques décennies avec l'arrivée des sandwichs, kebbabs, hamburgers, etc.

Dans la plupart des pays d'Asie, la cuisine de rue est complètement intégrée à la vie. Il en est de même dans la plupart des grandes villes des États-Unis où l'on achète bretzels, muffins, hot-dogs, hamburgers, crèmes glacées, etc., partout et à toute heure dans des chariots ou des fourgonnettes, etc. Il y a même, à New York, un concours de la meilleure cuisine de rue. Et un cours de street food au très célèbre Institute of Culinary.

PUB
PUB

En Italie, il y a un Festival de la cuisine de rue, le Cibo di Strada (le prochain se tiendra début octobre à Cesena), c'est dire si la cuisine de rue est présente dans ce pays !

Mais au Japon, il est indécent de manger dans la rue. S'en abstenir fait partie des règles de bienséance, comme de s'incliner pour saluer en évitant tout contact physique.

Manger dans la rue, une affaire de générations

En France, maintenant, les jeunes générations (des enfants aux quadras) trouvent normal de manger dans la rue tandis que cela ne viendrait pas à l'idée de leurs parents, encore moins de leurs grands-parents qui furent éduqués à manger toujours à table, celle-ci étant un moment de partage, de convivialité amicale ou familiale.

Pour certains d'entre eux, cette pratique est même choquante, assez impudique : on ne mange pas devant ou avec des inconnus et ce que l'on mange relève de l'intime.

Se balader avec un sandwich à la main que tout le monde peut voir et observer s'il est au jambon ou au fromage, ça n'est pas pour eux !

Mais l'évolution de la société est passée par là, avec l'envahissement des Mc Do et autres fast foods, le marketing de l'industrie agro-alimentaire, la course permanente au temps réduisant de plus en plus la durée des repas, etc.

Et l'intime est bien mis à mal maintenant que les scènes de ménage ou les conversations amoureuses téléphoniques se déroulent souvent sur le trottoir.

Publié le 16 Septembre 2011 | Mis à jour le 20 Septembre 2011
Auteur(s) : Paule Neyrat, Diététicienne
PUB