Arnica

© Istock

L’arnica est utilisée pour atténuer les douleurs traumatiques et musculaires et favoriser la disparition des hématomes.

Publicité

Arnica, fleur des montagnes

L’arnica est certainement l’une des plantes médicinales les plus réputées. Il s’agit d’une plante montagnarde que l’on rencontre dans les Alpes, les Vosges et le Jura jusqu’à 2400 mètres d’altitude. De couleur jaune, elle ressemble à une marguerite ; toutes deux appartenant à la grande famille des Astéracées. On la connait aussi sous le nom de tabac des Vosges, de plantain des Vosges ou d’arnique des montagnes. Très utilisée en phytothérapie, l’arnica est une plante assez rare et sa cueillette est règlementée. Il s’agit d’une espèce protégée dans certains pays.

L'arnica en cas de chutes, de bleus, de coups…

L’arnica est la plante de référence en cas de contusions, d’ecchymoses ou de douleurs musculaires ; d’où son surnom d’« herbe aux chutes ».

Les fleurs d’arnica renferment des flavonoïdes, des lactones sesquiterpéniques comme l’hélénaline, substance anti-inflammatoire et antidouleur. Elles contiennent aussi des coumarines anticoagulantes. On la conseille pour calmer les douleurs en cas de chute et de courbatures et favoriser la résorption des « bleus ».

L’usage de l’arnica en application contre les contusions (jamais sur les plaies ouvertes) repose principalement sur la renommée très ancienne des bienfaits de la plante. Sainte Hildegarde (12ème siècle) aurait été la première à décrire les propriétés de l’arnica. De nos jours, l’arnica est préconisée en cas de douleurs articulaires, musculaires et de contusions. Elle est reconnue dans ces usages par l’ESCOP (European Scientific Cooperative on Phytotherapy), la Commission E (Commission officielle allemande de phytothérapie) et l’Organisation Mondiale de la Santé.

Elle est aussi utile contre les piqures d’insectes et en cas d’inflammation de la bouche comme les gingivites ou les aphtes (en usage dilué et sans avaler). On la recommande aussi en cas de phlébite superficielle (varice).

Autrefois, l’arnica était employée contre la fièvre et pour favoriser les menstruations. Comme elle peut s’avérer toxique en usage interne, ces usages ont été abandonnés.

Guide: 

Publié par Audrey Gast le Lundi 27 Mars 2017 : 15h37
Mis à jour le Lundi 27 Mars 2017 : 15h39
Source : Le petit Larousse des plantes qui guérissent, Editions Larousse.
Guide de phytothérapie, Dr Jörg Grünwald et Christof Jänicke, Editions Marabout.
Se soigner par les plantes, Dr J Labescat, Editions Ulmer.
List of German Commission E Monographs (Phytotherapy) - Arnica flower (Arnicae flos) - Published December 5, 1984.
WHO monographs on selected medicinal plants Volume 3- World Health Organization 2007- Arnica Flos.
PUB
PUB