L'appendicite aiguë : une vieille connaissance encore mystérieuse
Sommaire

Coelioscopie ou opération classique ?

La coelioscopie, par rapport à l'incision dans la fosse iliaque droite, permet de vérifier l'ensemble de la cavité abdominale, et de trouver une autre cause aux douleurs que l'appendicite.

C'est particulièrement intéressant chez la femme, qui peut avoir des problèmes d'infection des trompes ou de kystes aux ovaires faisant croire initialement à une appendicite.

C'est également intéressant quand on suspecte un appendice en position inhabituelle.

Dans les autres cas l'opération classique est suffisante pour vérifier et enlever l'appendice.

La durée d'hospitalisation après l'opération varie de 3 à 5 jours en moyenne.

Faut-il se faire enlever l'appendice préventivement ?

Autrefois, avant de partir pour des courses en solitaire les marins se faisaient enlever l'appendice pour ne pas faire une appendicite en pleine mer. C'était un mauvais calcul car ils faisaient des occlusions suite à l'ablation de l'appendice. Ces occlusions, en l'absence de traitement urgent, étaient mortelles, alors que s'ils avaient fait une appendicite, ils auraient eu plus de temps devant eux et n'en seraient même pas forcément morts avec l'aide des antibiotiques.

C'est un peu le même principe qui fait qu'actuellement, on n'enlève plus l'appendice préventivement. Il existe une exception cependant. Devant un enfant qui a des crises douloureuses abdominales à répétition, on peut être amené à enlever l'appendice pour deux raisons :

  • La première raison est liée à l'existence non rare de crises d'appendicite débutantes n'évoluant pas vers une véritable appendicite et pouvant se répéter.
  • La deuxième est liée au fait que la répétition de crises douloureuses chez l'enfant peut conduire à autant d'hospitalisations.

Le fait d'enlever l'appendice permet d'avoir une certitude sur la responsabilité de l'appendice dans les crises douloureuses.

Si les douleurs persistent après l'ablation de l'appendice, la gestion des crises devient plus simple car on n'a pas cette arrière pensée quasi permanente de la crise d'appendicite.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Arch. Diseases Child, 2000 : 80.