L'allaitement favorise la perte de poids...

© getty

Voici une raison supplémentaire de choisir l'allaitement : nourrir son enfant au sein favorise la perte de poids après l'accouchement.

PUB

Les bonnes raisons d'allaiter son enfant ne manquent pas

Le lait maternel est inimitable pour le bon développement du bébé.

Il est riche en anticorps qui protègent du risque infectieux, en protéines pour la croissance, en glucides, en oméga-3 et en minéraux pour le développement du cerveau et du système nerveux.

Il favorise le développement intellectuel et réduit le risque d'obésité de l'enfant.

Il existe un autre avantage à l'allaitement dont on parle peu, c'est celui de la perte de poids de la mère après la grossesse.

Nombre de femmes peinent à retrouver leur poids d'origine après l'accouchement. En effet, se débarrasser des kilos accumulés pendant toute la grossesse n'est pas toujours évident. Choisir l'allaitement peut y contribuer.

Il ne faut pas oublier qu'une partie des graisses accumulées naturellement durant la grossesse ont justement pour objectif de servir à la fabrication du lait maternel. Il n'est donc pas étonnant que les femmes qui allaitent retrouvent plus facilement leur poids de forme par rapport aux femmes non allaitantes. Globalement entre 6 mois et un an après le post-partum, les femmes qui allaitent ont perdu plus de poids.

PUB
PUB

Cet avantage de l'allaitement se manifeste à condition de ne pas manger pour deux, sous prétexte de nourrir soi-même son bébé. Comme durant toute la grossesse, lors de l'allaitement le métabolisme de la mère s'adapte de telle façon que la ration alimentaire suffise à la mère et à l'enfant. Ce n'est donc pas une question de mathématiques : inutile de manger beaucoup plus, mais mieux. Cette plus grande facilité à perdre du poids après une grossesse est encore favorisée si l'on reprend progressivement une activité physique régulière : marche, natation. C'est un aspect à ne surtout pas négliger.

Est-il interdit de faire un régime pendant l'allaitement ?

Certes, toute restriction calorique draconienne risque d'entraîner une baisse de la lactation et de se répercuter défavorablement sur la durée de l'allaitement et sur la croissance du bébé.

En revanche, l'allaitement n'est pas incompatible avec un régime alimentaire sain et équilibré.

Ce qu'il faut, c'est qu'il ne soit pas trop restrictif (jamais d'apports inférieurs à 1800 calories par jour) et qu'il n'élimine pas de catégories alimentaires. Selon certaines études, la perte d'un surpoids chez une femme qui allaite n'a pas de conséquences sur le poids de l'enfant, à condition que le programme alimentaire soit équilibré et la perte de poids modérée : pas plus de 2 kilos par mois.

Quelques conseils :

  • Ne pas chercher à perdre plus de 2 kilos par mois.

  • Attendre deux à trois mois après l'accouchement que l'organisme ait récupéré de la grossesse.

  • Eviter les régimes farfelus.

  • Idéalement, se faire aider par une diététicienne.

  • Pratiquer au minimum deux fois par semaine une activité physique : marche, natation, gym.
Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 25 Février 2008 : 01h00
Mis à jour le Mardi 19 Mai 2015 : 17h37
Source : Leche league France, Allaiter Aujourd'hui n° 55, www.lllfrance.org.