Allaitement : une aventure à vivre et à débuter dans l'heure qui suit la naissance

En Finlande, 90% des femmes allaitent. En France, un mois après la sortie de la maternité, seulement une femme sur 10 poursuit son allaitement. Autant dire, que tout aussi naturel que cela soit, l'allaitement reste une aventure… qui vaut la peine d'être vécue !
PUB

Les bienfaits médicaux, nutritionnels et psychologiques de l'allaitement maternel ne sont plus à défendre. Rares sont ceux aujourd'hui qui oseraient même dire le contraire (en dehors de certaines circonstances médicales particulières). Mais au-delà, ou plutôt en deçà, de l'image idyllique de la mère allaitant son petit, il y a la réalité qui ne rend pas toujours ce geste aussi simple, aussi naturel qu'il soit.Pour illustrer ce propos, force est de constater que les accouchées ne restent qu'entre trois à cinq jours dans les maternités (ce qui laisse fort peu de temps pour mettre en route un allaitement réussi) et cette durée, tend à se réduire encore progressivement…

PUB
PUB

Une femme sur deux allaite à la sortie de la maternité

Si environ 50% des femmes font le choix d'allaiter leur enfant à la sortie de la clinique, elles sont tout juste un peu plus d'une sur dix à poursuivre l'allaitement un mois plus tard. Autant dire que pour une majorité, l'aventure de l'allaitement s'arrête rapidement.Comment en effet s'y retrouver entre les recommandations faites par les médecins, les sages-femmes et les conseils, parfois contradictoires données par les mères et belles-mères ? Comment ne pas se décourager devant des indications (installation de la mère, différentes positions pour allaiter, pesée ou pas du bébé avant et après la tétée, doutes sur la valeur nutritionnelle du lait donné, etc.) qui semblent parfois plus compliquées que le mode d'emploi d'un ordinateur ?

La mise en route de l'allaitement se prépare avant l'accouchement

Pour réussir son allaitement, être persuadée des avantages de l'allaitement maternel ne suffit donc pas. L'idéal, notamment pour un premier enfant, est de pouvoir acquérir certaines connaissances au cours d'une préparation spécifique, afin de faire face aux petits tracas de l'allaitement.

Publié le 22 Octobre 2002
Auteur(s) : Dr Catherine Feldman, psychothérapeute