Alerte à la bronchiolite : soyez vigilant

© Adobe Stock

Gare à la respiration de votre bébé ! Selon Santé Publique France, la bronchiolite serait "en nette augmentation". L'épidémie est même déjà déclarée en Ile-de-France, Martinique et Guadeloupe.

PUB

"Chaque hiver, près de 30% des enfants de moins de 2 ans sont affectés par la bronchiolite" rappelle le site Santé publique France. Or selon son dernier bulletin officiel, l'épidémie a déjà commencé en Ile-de-France, Guadeloupe et Martinique. Plusieurs régions comme la Nouvelle-Aquitaine, l'Occitanie, le Centre-Val de Loire, la Bretagne et la Normandie sont en "pré-épidémie". La bronchiolite est une infection respiratoire très répandue et très contagieuse qui affecte des petites bronches, les bronchioles, provoquant une gêne respiratoire, voire une insuffisance respiratoiredans les cas les plus graves.Elle serait cette année "en nette augmentation." Lors de la première semaine des vacances de la Toussaint, le nombre de passages aux urgences pour bronchiolite a augmenté de 26% indiquele Parisien.

PUB
PUB

Bronchiolite : les signes qui doivent alerter

Dans certains cas, l'état d'un jeune enfant atteint de bronchiolite peut s'aggraver en quelques heures, surtout s'il s'agit d'un nourrisson et s'il était déjà malade des poumons pour une autre raison avant la bronchiolite. L'apparition d'un seul des signes d'alerte suivants devraient vous inciter à consulter rapidement un médecin :
- les difficultés respiratoires de l'enfant semblent s'aggraver au lieu de s'améliorer progressivement ;
- le sifflement qu'on entend quand il rejette l'air des poumons est de plus en plus bruyant, ou sa respiration s'accélère de plus en plus (notamment s'il respire 60 fois par minute ou plus) ;
- lorsque l'enfant respire, son ventre se creuse, et ses narines s'ouvrent de manière inhabituelle ;
- la peau de l'enfant semble anormalement pâle ou grise, ou ses lèvres semblent bleuâtre ;
- l'enfant semble avoir du mal à reprendre sa respiration après un épisode de toux (épisode d'apnée, c'est-à-dire d'arrêt de la respiration) ;
- l'enfant refuse de téter, ou tête à peine ;
- l'enfant devient somnolent et ne se réveille plus pour téter ou pour manger comme d'habitude ;
- l'enfant est très irritable, il dors très mal et devient difficile à calmer ;
- la température de l'enfant atteint ou dépasse 39°C ;
- bébé n'a pas mouillé ses couches depuis six à huit heures, la fontanelle du haut de son crâne s'enfonce, ou sa bouche et ses lèvres semblent sèches.
Ne vous affolez pas pour autant. Dans certains cas, l'apparition d'un de ces signes ne sera qu'une fausse alerte. ou bien une consultation et une prise en charge rapides permettront de sortir rapidement bébé d'un mauvais pas, notamment par la prescription d'une kinésithérapie de désencombrement respiratoire.
Les gestes de prévention pour diminuer le risque de bronchiolite sont disponible sur le site de Santé Publique France, dans une brochure intitulée"Votre enfant et la bronchiolite."

Publié par Chloé Parisse, journaliste santé le Jeudi 09 Novembre 2017 : 16h50
PUB
PUB

Contenus sponsorisés