Alcool chez les jeunes: une question d'image

La consommation excessive d'alcool chez les lycéens et les étudiants est une préoccupation pour de très nombreux pays dont le nôtre. Une évaluation de la perception de l'alcool peut permettre de diriger certains jeunes vers des programmes de prévention.
Publicité

La consommation excessive d'alcool chez les jeunes d'âge scolaire est une préoccupation dans de nombreux pays, dont la France, mais aussi les Etats-Unis où se déroule l'étude citée en référence. Des travaux socio-épidémiologiques montrent que, fort heureusement, en entrant dans l'âge adulte, beaucoup de ces jeunes qui avaient une consommation excessive « nor-malisent» leur comportement vis-à-vis de l'alcool. Mais peut-on prévoir parmi les étudiants qui sont des buveurs excessifs, ceux qui risquent de s'installer durablement dans un processus d'alcoolisation chronique ? Une réponse positive à cette question serait d'une grande importance pour orienter de telles personnes vers des programmes éducatifs de prévention de l'alcoolisme.

Publicité
Publicité

La perception que ces jeunes buveurs excessifs ont de l'alcool peut déjà donner quelques repères. Les auteurs ont donc étudié l'image qu'avaient ces jeunes de la consommation d'alcool selon par exemple :– qu'ils auraient le sentiment de perdre quelque chose d'important pour eux s'ils n'avaient plus la possibilité de boire ;– que la présence d'alcool à un événement social est une chose importante ou qu'au contraire, l'absence d'alcool n'est pas importante ;– que l'alcool est ou non un plaisir important de la vie ;– que la perspective de boire une ou deux boissons alcoolisées dans la soirée est fortement attendue ou non.

L'importance que l'alcool peut avoir dans la vie d'un étudiant, l'image qu'un buveur excessif peut avoir de l'alcool, l'associant à un plaisir essentiel de la vie, sont des éléments qui sans surprise sont fortement prédictifs de la poursuite d'une consommation excessive débutée au lycée ou à l'université. Cette constatation, qui mérite d'être confirmée, permet cependant d'imaginer, au travers de questionnaires d'évaluation de l'image que les jeunes ont de l'alcool, des actions préventives préférentiellement dirigées vers ceux qui ont à l'évidence un fort penchant pour l'alcool et qui ont la plus forte probabilité de rester à l'âge adulte des buveurs excessifs.

Soyez donc attentif aux jeunes (et au moins jeunes) qui vous entourent pour, le cas échéant, les encourager à participer à des programmes de prévention de l'alcoolisme.

Publié par Dr Agnès Lara le Lundi 21 Janvier 2002 : 01h00
Source : CFES, janvier 2002