Ados : ils boivent trop !

Publié par Véronique Ozanne, journaliste santé le Mercredi 29 Décembre 2010 : 10h49
Mis à jour le Vendredi 27 Mai 2011 : 14h28

Nous, les adultes, buvons moins, 10 litres d'alcool pur par an et par habitant, contre 17,7 litres en 1961. Mais nos jeunes ont pris la relève. Ils s’alcoolisent de plus en plus tôt, moins régulièrement, mais dans des quantités plus importantes. S’il rentre complètement saoul, faut-il pour autant paniquer ?

© Fotolia
PUB

C’est dans notre culture et l’on en est fier, la France, c’est le pays du vin. Pas un événement, une fête, une rencontre, une visite sans boire un verre ! La découverte de l’alcool se fait à la maison, d’une façon «encadrée» puisque 70 % des jeunes déclarent en consommer en famille à 13/14 ans. Certains y ont même goûté dès leur baptême avec une goutte de Champagne sur les lèvres. Une grave erreur selon une partie du corps médical. Pourtant, une découverte gourmande à l’adolescence avec les parents, assortie d’une mise en garde intelligente contre les conséquences des abus, ne serait-elle pas plus efficace qu’une interdiction qu’ils n’auraient de cesse de transgresser ?

Ce qui les pousse à boire

L’adolescence, c’est le passage obligé par l’originalité et la transgression. L’alcool et les stupéfiants sont suffisamment banalisés pour ne pas être inquiétants. Si nos ados sont majoritairement tout à fait au courant des risques qu’ils prennent avec une surconsommation, c’est exactement ce qu’ils cherchent. Les conséquences fâcheuses, c’est pour les autres puisqu’ils se sentent invulnérables ! Alors, à la recherche de sensations et de nouveautés, ils sont impatients de savoir comment leur corps va réagir : Justine 16 ans sait qu’elle exagère quand elle sort avec les copains mais dit-elle, «c’est pour se lâcher, pour pouvoir dire ce qu’on a sur le cœur sans se poser de question, montrer nos sentiments, ne plus se sentir jugée. Ça ne fait pas de mal, et nous permet d’oublier tout ce qui nous tracasse, surtout pour nous les filles qui nous prenons la tête pour un rien.»

PUB
PUB

Les modes de consommation

Plus on grandit, moins on consomme en famille et plus on consomme chez des amis ou au café. À 19/20 ans, les trois-quarts des jeunes boivent plutôt hors de leur domicile, le week-end et le soir. Le goût de l’alcool, en fait, ils n’aiment pas trop ça : ce qu’ils cherchent, c’est son effet. Ils pratiquent le Binge Drinking (littéralement excès de boisson) qui consiste à boire «cul sec» un maximum de verre d’alcool en un minimum de temps. Résultat assuré pour être désinhibé en un rien de temps si l’on passe à travers des vomissements et que l’on évite le coma éthylique ! Le vin, ce n’est pas leur truc : trop cher et pas assez efficace pour avoir rapidement des sensations fortes. La bière est trop soft, leur alcool de prédilection est la Vodka, efficace et moins chère que le Whisky dont on atténue le goût avec du Coca. Les plus jeunes, qui détestent l’amertume de l’alcool, fonctionnent aux Premix, ces boissons qui se présentent comme des sodas «corsés» ou «branchés». Malgré leur emballage qui ne les distingue pas des boissons sans alcool, il y est bien présent. Son goût est couvert par le sucre de la boisson.

Publié par Véronique Ozanne, journaliste santé le Mercredi 29 Décembre 2010 : 10h49
Mis à jour le Vendredi 27 Mai 2011 : 14h28
Source : Côté santé
PUB
PUB
A lire aussi
Hygiène alimentaire des adolescentsPublié le 25/02/2002 - 00h00

C'est un cliché de dire que l'adolescence est une période difficile de la vie. Elle l'est pour les ados, bien évidemment mais aussi pour les parents qui ne doivent jamais être démissionnaires et toujours diplomates.

La crise d’adolescence : "vous pouvez pas comprendre !"Publié le 03/06/2013 - 08h46

Redoutée par les parents, la crise d’adolescence, colères, opposition, comportements excessifs, signe le mal-être de ces jeunes en pleine transformation. Mais attention, nombre d’ados traversent cette période vers l’âge adulte « tranquillement », sans heurts…

Ados : Le syndrome du " parent poule "Publié le 11/08/2008 - 00h00

Au nom de l'amour, elles planifient toutes leurs activités, les abritent de tous les dangers, s'opposent à chacune de leurs sorties à un âge où s'émanciper rime pourtant avec liberté. Dans son dernier ouvrage, Le syndrome de la mère poule, le thérapeute Michael Ungar* aide les parents "...

Les ados, à la frontière du borderline ?Publié le 22/10/2010 - 13h33

L’enfant teste les limites de ses parents, en voulant toujours plus. Plus tard, ce besoin franchit un cap, et pour certains ados, flirter avec les limites devient le seul moyen de se sentir exister. Explications avec Pierre G. Coslin, professeur de psychologie.

Plus d'articles