Accouchement : les 12 choses qu'on ne vous dit pas sur l'après

© Adobe Stock

Certaines le décrivent comme le plus beau jour de leur vie. D'autres comme un calvaire. En tout cas, les femmes aiment parler de leur accouchement.

Mais de l'après, on entend peu de confessions honnêtes. Libido, hémorroïdes, déprime… E-Santé vous révèle 12 choses que l'on tait souvent sur les suites de couches.

PUB

767 000 bébés ont vu le jour en France en 2017. Et presque autant de maman qui décrivent leur venue au monde comme un moment inoubliable. Mais derrière les sourires et les anecdotes, l'accouchement est aussi une épreuve, physique autant que morale.

Moins accompagnées que pendant leur grossesse, les jeunes mamans peuvent se sentir perdues face à un rôle auquel elles n'ont pas toujours été préparées. "Quand elles sont enceintes, tout le monde est aux petits soins. Et puis du jour au lendemain, elles doivent tout gérer", reconnaît Sylvie Coché, sage-femme depuis 34 ans.

Cette spécialiste de la maternité revient, avec E-Santé, sur ces choses qui se passent après l'accouchement, mais dont on ne parle pas suffisamment.

PUB
PUB

Le corps est fatigué

Avec un poids moyen de 3.5 kg, porter un bébé et lui donner naissance n'est pas une mince affaire. "On ne parle pas de 'travail' par hasard, sourit Sylvie Coché. Le corps peut être fatigué par la fin de grossesse – qui est peu confortable –, l'accouchement et la chute des hormones."

En effet, les hormones dont était saturée la maman s'effondrent brutalement après la mise au monde. Progestérone et œstrogène étaient à leur pic, les voilà revenus à leur niveau de base. Cette redescente s'accompagne, généralement, d'un gros coup de fatigue qui n'a rien d'anormal.

Seule exception : la prolactine, qui permet l'allaitement. Elle se maintient à un niveau élevé si la mère choisit de donner le sein à son nouveau-né. Dans le cas contraire, les taux reviennent progressivement à un seuil plus bas.

Il faut porter des serviettes hygiéniques

Sur le plan physique, l'accouchement ne signe pas la fin du travail. Pendant plusieurs jours – généralement une semaine –, des saignements vaginaux se produisent. Ce sont les "lochies", composées de débris de muqueuse et de caillots qui n'ont pas été évacués lors de l'accouchement.

"Ces pertes sanglantes sont tout à fait normales", souligne Sylvie Coché. Mais elles nécessitent le port de serviettes hygiéniques car elles peuvent être abondantes. "Les deux premiers jours, le flux est plus important que des règles. Au bout de 48 heures, ça s'amenuise pour ressembler à des fins de règles", explique la sage-femme.

Précisons que le flux peut varier fortement selon les femmes. Certaines auront des saignements jusqu'à leur "retour de couches", c'est-à-dire les premières règles suivant l'accouchement.