Accident cardiaque ou cérébral : savez-vous reconnaître les signes d'alerte ?

Publié le 03 Décembre 2007 à 1h00 par Dr Philippe Presles
En matière d'accident vasculaire cérébral ou cardiaque, chaque minute compte. L'important est de réagir vite, très vite, et donc de savoir reconnaître les signes d'alerte d'un infarctus du myocarde ou d'un accident vasculaire cérébral . Vous-même, les connaissez-vous ?

L'accident cardiaque ou vasculaire cérébral : une urgence absolue

Seule une prise en charge précoce d'un accident cardiaque ou vasculaire cérébral conditionne la vie et les séquelles. Les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de handicap en France et la première cause de décès chez les femmes.

  • Chaque année, 120.000 personnes font un infarctusdu myocarde et une sur dix en décède.
  • Chaque année, 130.000 personnes font un accident vasculaire cérébral (AVC) et 75% d'entre elles gardent des séquelles.

Ces chiffres pourraient fortement augmenter en raison du vieillissement de la population. On peut cependant aider les victimes à s'en sortir si l'on connaît les signaux d'alerte et que l'on contacte immédiatement le centre 15 (Samu). Or peu de Français sont compétents dans ce domaine. Un sondage Ipsos révèle qu'à peine un concitoyen sur 3 connaît les signes d'alerte, ce qui fait que plus de 40% ne penseraient pas à appeler le 15 en cas d'infarctus ou d'AVC. Pourtant, plus de trois Français sur cinq ont dans leur entourage une personne qui a une de ces deux pathologies.

Quels sont les symptômes respectifs de l'accident cardiaque et de l'accident vasculaire cérébral ?

  • Infarctusdu myocarde : survenue brutale d'une douleur au milieu de la poitrine qui persiste plus de 15 minutes. Ca "serre comme un étau". Cette douleur irradie parfois dans la mâchoire et/ou dans les bras. Elle s'accompagne parfois d'essoufflement, de nausées, de pâleur, de sueur, d'angoisse, etc. Il savoir qu’il existe des infarctus non douloureux, qui surviennent plus souvent chez les personnes diabétiques, les femmes et les personnes âgées. On les reconnaît alors à d'autres signes comme par exemple un malaise, un essoufflement, une fatigue intense, des sensations inhabituelles dans le bras gauche, etc.
  • Accident vasculaire cérébral : survenue brutale d'une faiblesse d'un côté du corps. Engourdissement brusque, perte de sensibilité, voire paralysie du visage, d'un bras, d'une jambe ou d'un côté du corps. Egalement : vertige, trouble de l'élocution, de la vue, maux de tête intenses, vomissements, etc.

Accident cardiaque et accident vasculaire cérébral : à savoir

1) Ces accidents ne concernent pas que les sujets âgés. De plus en plus de personnes jeunes en sont victimes.

2) Les hommes ne sont pas les seuls concernés. Infarctus et AVC touchent aussi largement les femmes.

Peut-on prévenir ces accidents cardiaque ou cérébral ?

Les facteurs de risque de ces accidents vasculaires sont aujourd'hui bien connus et se cumulent : hypertension, excès de cholestérol, diabète, antécédents familiaux, tabagisme, etc. Lutter contre la survenue de ces affections et améliorer son hygiène de vie représentent la meilleure façon de tenir éloignées les maladies cardiovasculaires. Et si celles-ci sont déjà installées, veiller à bien suivre son traitement afin de contrôler sa maladie est tout aussi essentiel.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Mots-clés : Avc
Source : Communiqué de presse de la 1re Journée nationale de l'urgence vasculaire, 15 novembre 2007.