L'abus de télé rend plus violent

Selon une étude parue dans la revue américaine Science, les jeunes qui regardent le plus la télévision sont aussi ceux qui commettent le plus d'actes violents. Basée sur l'observation de plus de 700 jeunes suivis sur une période de 17 ans, l'étude ne laisse aucune place à l'équivoque et incite à limiter l'usage du petit écran.
PUB

La plupart des parents se demandent s'il est souhaitable de laisser les enfants regarder la télévision sans restriction aucune ou si la violence des dessins animés ne risque pas de choquer leur chérubin. Mais qu'en est-il des adolescents ou des adultes? Sont-ils vraiment imperméables à la violence des images du petit écran? Rien n'est moins sûr. Des chercheurs américains viennent de prouver le contraire.

Leur étude, parue dans la prestigieuse revue scientifique américaine « Science », fait état des observations recueillies auprès de plus de 700 personnes suivies sur une période de 17 ans ! Au cours de cette période, les psychologues ont pu mener des entretiens approfondis avec des jeunes et leurs parents et déterminer ainsi le temps qu'ils passaient devant la télévision.Dans le même temps, les chercheurs ont recensé les actes violents (bagarres, agressions, utilisation d'armes, menaces, etc.) commis par ces jeunes, à partir de questionnaires remplis par les familles et également grâce aux fichiers de la police et du FBI.

PUB
PUB

Selon Johnson et ses collaborateurs, les conclusions sont claires: plus les jeunes passent de temps chaque jour devant la télé et plus ils commettent d'actes violents. Les chiffres parlent d'eux-mêmes: parmi les garçons de 14 ans qui regardaient la télévision plus de trois heures par jour, 42 % ont agressé ou blessé quelqu'un au cours des huit années qui ont suivi. Ils n'étaient que 9 % à avoir commis des actes violents parmi les jeunes regardant la télévision moins d'une heure par jour. La différence est de taille et se retrouve quels que soient le niveau de vie de la famille, le niveau d'éducation des parents ou même l'existence d'antécédents psychiatriques.

Les habitudes de vie se prenant tôt dans l'enfance, on ne peut donc que trop recommander aux parents de limiter la consommation de programmes télévisés chez les jeunes enfants. En premier lieu, cela peut leur éviter d'être surexposés aux images de violence qui sont fréquentes dans les dessins animés (20 à 25 par heure). A titre de comparaison, on n'observe en moyenne que 3 à 5 actes violents dans les émissions pour adultes aux heures de grande écoute. Ensuite, le fait de limiter les créneaux horaires durant lesquels les enfants regardent la télévision, les incitera surtout à trouver d'autres occupations. Assurément un avantage pour l'équilibre de leur vie d'adulte !Si toutefois vos enfants sont des accros de la télé, vous pouvez toujours les inscrire dans un club vidéo et leur apprendre à choisir leurs programmes tout en gardant un oeil attentif.

Publié le 10 Avril 2002
Auteur(s) : Dr Agnès Lara