7 vérités sur la glycémie et le diabète de type 2

Le diabète est une maladie métabolique entourée d’idées reçues qu’il est régulièrement nécessaire de corriger. Les objectifs : favoriser le dépistage du diabète de type 2 et améliorer la prise en charge du diabétique pour minimiser les conséquences. Et vous, à quand remonte votre dernier dosage de glycémie ?
© Istock
Sommaire

4 vérités autour de la glycémie et du diabète de type 2

On peut être diabétique sans le savoir

Une glycémie (taux de sucre dans le sang) trop élevée (hyperglycémie), ça ne se voit pas. Ainsi, le diabète évolue silencieusement et peut passer inaperçu pendant de nombreuses années. Selon la Fédération française des diabétiques, il s’écoule en moyenne 5 à 10 ans entre la première hyperglycémie et le diagnostic de diabète. On estime ainsi qu’un diabétique sur deux ignore être atteint de cette maladie et ne bénéficie donc pas d’une prise en charge adaptée.

La seule façon de savoir si l’on est diabétique est de faire mesurer son taux de sucre dans le sang. Cette mesure est ensuite à renouveler régulièrement, de façon plus ou moins rapprochée en fonction des facteurs de risque de chacun : âge, antécédents familiaux, habitudes alimentaires, surpoids, etc.

Le diabète est une maladie mortelle

Le diabète est à l’origine de 30.000 morts chaque année dans notre pays. Car non diagnostiquée ou mal soignée, cette maladie finit par exposer à de très graves complications pouvant mener à l’amputation, à la cécité, à l’insuffisance rénale, voire au décès par infarctus. En effet, à la longue, une glycémie trop élevée (trop de sucre dans le sang) affaiblit les parois des petits vaisseaux de tout l’organisme, privant les tissus d’oxygène et de nutriments et entraînant des destructions irréversibles se manifestant tour à tour par des troubles oculaires, des neuropathies, des troubles de la sensibilité, des infections, un ralentissement des processus de cicatrisation, des néphropathies, une augmentation de la coagulation sanguine favorisant les maladies cardiovasculaires, etc. C’est ainsi qu’une personne meurt d’un diabète de type 2 toutes les 8 secondes dans le monde.

En France, le diabète représente la 1ʳᵉ cause d’amputations (hors accidents) avec 8.000 cas par an, la 1ʳᵉ cause de cécité après 65 ans avec plus de 1.000 cas par an, la 2ᵉ cause d’accidents cardiovasculaires et un quart des cas d’insuffisance rénale. En moyenne, le diabétique a une espérance de vie moindre de 5 à 10 ans…

Le diabète est une maladie extrêmement fréquente

On estime aujourd’hui à 4 millions le nombre de Français diabétiques. Selon les prévisions, si rien ne change, un Français sur dix sera concerné d’ici 10 ans. Le diabète n’a cessé de progresser au cours des dernières décennies à tel point que l’on parle d’épidémie : chaque jour, 400 nouveaux cas de diabète de type 2 apparaissent. Un appel pour faire du diabète une Grande Cause Nationale a été lancé.

On sait prévenir le diabète de type 2

Si l’on ne peut rien contre l’âge ou les prédispositions génétiques, il est possible d’agir sur de nombreux autres facteurs relevant des habitudes alimentaires et de l’activité physique.

  • Manger de façon saine et équilibrée en faisant trois repas par jour et en évitant le grignotage, en limitant les produits gras et sucrés et en privilégiant les fruits et les légumes.
  • Favoriser tout types d’activité physique : marche, montée des escaliers, bricolage, jardinage, courts trajets à pied (jusque chez le boulanger, la sortie de l’école…), loisirs actifs (vélo, roller, simple balade…). L’objectif minimal à atteindre : l’équivalent de 30 minutes de marche rapide par jour.

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Fédération française des diabétiques, http://www.afd.asso.fr.