5 maladies auto-immunes que les femmes contractent plus que les hommes

© Istock

Qu'elles atteignent les articulations, les organes ou encore le cerveau, les maladies auto-immunes se distinguent par un point commun : elles touchent davantage les femmes que les hommes.

PUB

Quand le système immunitaire se retourne contre son hôte… les dégâts sont durables. Ces troubles ont un nom, les maladies auto-immunes. Mais ce terme générique regroupe de nombreuses pathologies aux manifestations diverses. Et un point commun : elles sont chroniques et touchent majoritairement les femmes.

E-Santé fait le point sur ces maladies avec l'analyse du Pr Zahir Amoura, spécialiste en médecine interne au Centre National de Référence sur les maladies auto-immunes et systémiques rares, à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris).

PUB
PUB

Le lupus : 9 femmes pour 1 homme

Avec 90 % de cas touchant les femmes, le lupus systémique arrive en tête des maladies auto-immunes inégalitaires. Cette pathologie touche environ 30 000  personnes en France. Et elle se démarque par une forte influence des hormones sur les poussées.

Ainsi, les femmes en âge de procréer sont largement plus touchées par le lupus que les jeunes filles pré-pubères et les femmes ménopausées. "La littérature décrit des cas de lupus qui ont été aggravés, parfois même déclenchés, par une contraception inappropriée, souligne le Pr Zahir Amoura. Il y a donc des répercussions sur la prise en charge. Il faut proposer une contraception avec le moins d'œstrogènes possibles."

Cette hypothèse hormonale est d'autant plus plausible que la grossesse a tendance à aggraver le lupus chez les patientes. "Une hypothèse veut que les œstrogènes jouent un rôle sur le système immunitaire, ajoute l'interniste. Ils favoriseraient l'expression de protéines impliquées dans les réactions auto-immunes."

Si les hommes sont moins touchés, il semblerait qu'ils présentent des atteintes plus sévères. Les troubles neurologiques, rénaux et sanguins sont plus fréquents chez les malades de sexe masculin.