​​​​​​​Du venin de serpent pour prévenir les séquelles d’un AVC

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 22 Mars 2017 : 19h28
Mis à jour le Mercredi 22 Mars 2017 : 19h59

Des chercheurs de l'Institut de bioscience moléculaire de l'Université de Queensland ont identifié une protéine issue du venin de serpent qui pourrait protéger le cerveau des séquelles d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

© Istock

Un AVC ischémique est source de séquelles irréversibles

Il s’agit d’une araignée australienne dont le venin après morsure est potentiellement mortel. De ce venin, une protéine a été extraite, aux propriétés étonnantes sur le cerveau. Baptisée Hi1A, elle agit sur le canal ionique 1a impliqué dans les dommages neuronaux. Or il a été montré chez le rat que l’ablation génétique ou l'inhibition pharmacologique de ce canal réduit la mort neuronale après un AVC ischémique. Chaque année dans le monde, les AVC entrainent la mort de 5 millions de personnes et handicapent quelque 5 autres millions, victimes de séquelles. Lors d’unAVC, la circulation sanguine s’interrompt dans le cerveau (dans 80% des cas, il s’agit d’un vaisseau sanguin obstrué : AVC ischémique), privant les neurones d’oxygène et provoquant leur destruction irréversible.

PUB

Une protéine issue du venin de serpent pour prévenir les séquelles d’un AVC

On ne sait pas à ce jour empêcher ce phénomène ni prévenir les séquelles, d’où l’intérêt de la découverte de cette protéine qui, injectée jusqu’à 8 heures après la survenue d’un AVC provoqué expérimentalement chez des rats, réduit les dommages cérébraux.

Encore faudra-t-il maintenant démontrer l’innocuité de cette protéine, puis réaliser de nouveaux essais chez l’animal avant de les entreprendre chez l’homme, mais cette première démonstration laisse présager de pouvoir un jour empêcher les séquelles des AVC.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 22 Mars 2017 : 19h28
Mis à jour le Mercredi 22 Mars 2017 : 19h59
Source : Irène R. Chassagnon, Potent neuroprotection after stroke afforded by a double-knot spider-venom peptide that inhibits acid-sensing ion channel 1a, PNAS, doi: 10.1073/pnas.1614728114, http://www.pnas.org/content/early/2017/03/14/1614728114.
PUB
PUB
A lire aussi
Troubles de l'élocution et du langagePublié le 31/05/2001 - 00h00

Le langage (la compréhension verbale et l'expression verbale de la pensée) a son centre au cerveau, tout comme les autres fonctions dites supérieures (intelligence, mémoire, etc.)Le langage peut être atteint au niveau de la compréhension, de l'expression ou encore des deux.L'élocution relève...

Journée européenne de l’AVC : agir VITEPublié le 14/05/2013 - 04h59

La Société Française Neuro Vasculaire (SFNV) et l’association de patients France AVC profitent de la Journée européenne de prévention des Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) du 14 mai 2013 pour sensibiliser les Français aux symptômes d’alerte de l’AVC devant amener à appeler...

Comment les oméga-3 agissent-ils sur le cerveau ?Publié le 27/07/2011 - 08h40

Les oméga-3 défraient la chronique depuis de nombreuses années pour leurs effets bénéfiques sur la santé cardiovasculaire mais aussi la santé mentale.Explication sur le principal mécanisme d'action des oméga-3 dans le cerveau.

Plus d'articles