Dépression et accident vasculaire cérébral

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 31 Juillet 2000 : 02h00
-A +A
La dépression est souvent la conséquence d'anomalies, notamment neurochimiques, dans certaines zones du cerveau. L'atteinte de ces zones par un accident vasculaire cérébral favorise effectivement la survenue de dépression. Mais cela reste délicat à prouver.

Afin de montrer qu'une relation existe effectivement entre la localisation des atteintes cérébrales lors d'accidents vasculaires cérébraux et la survenue ultérieure de dépression, il a fallut regrouper les résultats de 48 études selon la méthodologie de méta-analyse (qui cumulent les résultats de plusieurs études pour en faire une seule dont les effectifs sont beaucoup plus grands).

Une légère différence est notée suivant les localisations cérébrales étudiées. Ainsi, l'atteinte de l'hémisphère droit favorise légèrement plus les dépressions (risque multiplié par 1,05), ainsi que l'atteinte des zones antérieures (risque multiplié par 1,17). La relation entre localisation des atteintes et dépression semble ainsi se confirmer, mais les chiffres obtenus laissent surtout augurer de la nécessité d'entreprendre d'autres recherches.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 31 Juillet 2000 : 02h00
Source : Carson, Lancet 2000 ; 356 : 122-26
A lire aussi
La douleur est un symptôme de la dépression Publié le 02/05/2006 - 00h00

Tristesse, perte d'intérêt, ralentissement, pensées suicidaires… sont des symptômes bien identifiés de la dépression. Beaucoup moins connues et donc peu prises en charge sont les douleurs corporelles comme des lombalgies ou l'arthrite. Or, ne pas reconnaître ce symptôme fréquent retarde...

Rhumatismes : misez sur la vitamine C Publié le 18/08/2004 - 00h00

Il semblerait que les sujets ayant de faibles apports en fruits et légumes, risquent davantage de souffrir de polyarthrite rhumatoïde. Cette relation est encore plus forte en ce qui concerne la vitamine C : le risque est multiplié par trois ! Une piste intéressante en prévention primaire.

Surveillez votre taux de cholestérol dès 35 ans ! Publié le 03/02/2015 - 17h51

Pensez à l’avenir, n’attendez pas pour vous soucier de votre cholestérol. En effet, toutes les années avant 55 ans avec un taux supérieur à la normale se cumulent pour augmenter franchement votre risque de maladie cardiovasculaire à 70 ans.Alors pensez à faire doser votre cholestérol et...

Plus d'articles