Accident vasculaire cérébral : un effet protecteur de la vitamine C

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 16 Octobre 2000 : 02h00
-A +A
La vitamine C a été associée à un effet protecteur contre l'accident cérébral vasculaire (AVC) ; plus le niveau sanguin en vitamine C est élevé, plus le risque d'AVC diminue.

L'accident vasculaire cérébral (AVC) est dû à des perturbations de la circulation sanguine cérébrale, dont la forme la plus grave mène à l'infarctus (oblitération pendant plusieurs minutes provoquant des lésions irréversibles du cerveau). Certains facteurs favorisants sont aujourd'hui bien identifiés, comme l'athérosclérose (diminution du diamètre des artères), l'hypertension, le tabagisme, l'alcool.

Une analyse sur plus de 2 000 personnes suivies pendant 20 ans

Au cours d'une étude japonaise, commencée en 1977, plus de 2 000 sujets ont été suivis sur une période de 20 ans. L'analyse des taux sériques en vitamine C révèle une corrélation inverse avec le risque d'AVC : les personnes appartenant au groupe dont les niveaux sont les plus faibles, ont un risque accru de 70%. Cette vitamine étant apportée par l'alimentation, les auteurs ont vérifié si la consommation en fruits et légumes (principale source de vitamines) se répercutait bien sur le risque d'AVC. En effet, il est plus faible de 58% chez les sujets qui consomment des légumes tous les jours par rapport à ceux qui n'en consomment qu'un jour sur deux.L'effet protecteur de la vitamine C est probablement dû à son rôle d'antioxydant. Dans notre corps, pratiquement toutes les réactions énergétiques utilisent l'oxygène. L'organisme doit donc en permanence, grâce aux antioxydants, éliminer les produits de dégradation associés à l'oxygène (les « radicaux libres »), lesquels en trop grandes quantités peuvent devenir dangereux.

En pratique, même s'il n'est pas exclu que les effets de la vitamine C soient associés à d'autres éléments protecteurs présents dans les aliments, il est conseillé de consommer quotidiennement des fruits et légumes. Les personnes identifiées à risque (comme par exemple les fumeurs, les hypertendus ) sont particulièrement visées. La prévention pourrait inclure une consommation régulière et suffisante en vitamine C.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 16 Octobre 2000 : 02h00
Source : Le Quotidien du Médecin, N°6774, vendredi 6 octobre 2000.
A lire aussi
Vitamine C : un coup de pouce pour le coeur ? Publié le 08/02/2010 - 00h00

Du fait de la fréquence des maladies cardiovasculaires, l'identification des facteurs préventifs est un enjeu important. De nombreuses données biologiques et biochimiques suggèrent que la concentration sanguine en vitamine C pourrait agir en tant que facteur protecteur.

Plus d'articles